Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Guinée
Actualité

Je soutiens les victimes de Zoghota !

Le 10 novembre 2020, la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré coupables les forces de sécurité guinéennes d’assassinats, de tortures et d’arrestations arbitraires de citoyens de Zoghota pour des faits survenus en août 2012. Mais en Guinée, la procédure judiciaire reste bloquée faute de volonté politique.
AM 2022-02-Zoghota-COVER
Le 19 / 01 / 2022

2012. Les communautés villageoises de Zoghota, en Guinée forestière, sont furieuses contre les autorités et la société minière Vale/BSGR. Le site de Zoghota est riche en minerai de fer et les activités d’exploration menées depuis 2010 perturbent l’environnement et souillent le Mont Yono,la montagne sacrée. La société Vale/BSGR avait promis d’employer les jeunes des environs et de verser des redevances dédiées au développement local. Mais les communautés ne voient rien venir et soupçonnent le préfet d’avoir détourné l’argent.

Le 31 juillet 2012, les habitants décident de manifester. Le lendemain, le site de la mine est occupé et ses accès bloqués. La société Vale/BSGR saisit les plus hautes autorités et le 3 août, une délégation gouvernementale dépêchée par Alpha Condé, le chef de l’État, arrive sur site. Une rencontre est menée en présence des représentants de la société Vale/BSGR et des forces de sécurité. Dans la nuit du 3 au 4 août 2012, des gendarmes, policiers et militaires attaquent le village de Zoghota, endormi. Six villageois sont tués, une dizaine d’autres blessés, plus d’une douzaine sont arrêtés. Plusieurs d’entre eux seront torturés pendant leur détention. Des maisons et des bâtiments sont incendiés. Le préfet tente de mettre la responsabilité des assassinats sur le compte de prétendus rebelles.

Le 22 août 2012, l’ONG Les mêmes droits pour tous (MDT), partenaire de l’ACAT-France, dépose plainte avec constitution de partie civile devant la juridiction de N’Zérékoré contre cinq responsables militaires et policiers ayant participé à l’attaque. Ces derniers refusent de comparaître devant la Justice et le 10 décembre 2014, le dossier est renvoyé vers la juridiction de Kankan où plus rien ne se passe. En juillet 2017, MDT et Advocates for community alternatives (ACA) se rendent à Zoghota pour recueillir de nouveaux témoignages. Ils découvrent que l’entreprise Vale/BSGR s’est associée aux forces de sécurité et les a aidées à planifier l’attaque. L’entreprise a notamment fourni une assistance logistique. En 2018, deux nouvelles plaintes sont déposées en Guinée contre la société Vale/BSGR et devant la Cour de Justice de la CEDEAO contre la République de Guinée.

Le 10 novembre 2020, après deux années de procédure, la Cour de Justice de la CEDEAO condamne la Guinée à payer un montant de 4,56 milliards de francs guinéens aux victimes et leurs ayants-droits pour avoir notamment violé « le droit à la vie et le droit de ne pas être soumis à la torture ». Plus d’un an après, les autorités judiciaires guinéennes n’ont toujours pas inculpé les auteurs et responsables de ces crimes, ni enquêté sur le rôle que Vale/BSGR a joué lors du massacre.

Téléchargez la lettre d'interpellation

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Actualité
2021-12 visuel CFA Email1
BurundiChineGuinéeMexique

Avent 2021 : s’exprimer n’est pas un crime

Le 02 / 12 / 2021
En France, nous avons l’habitude de nous exprimer librement. Et nous oublions parfois que ce droit fondamental est bafoué dans de nombreux pays. En cette période de l’Avent, ceux qui en sont privés ont besoin de nous !