Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Ventes d’armes : un pas vers plus de transparence !

Depuis 20 ans, il n’y avait pas eu de rapport parlementaire sur le sujet. La mission d’information menée par les député.e.s Michèle Tabarot et Jacques Maire a rendu le 18 décembre son rapport sur les exportations d’armement. Un rapport qui conclut à la nécessité d’une plus grande transparence. Une demande portée par l’ACAT depuis bientôt trois ans !
deputes-exigez-la-transparence_4
Le 25 / 11 / 2020

En février 2018, l’ACAT lançait sa campagne « Yémen - la France complice ? » demandant l’instauration d’un contrôle parlementaire renforcé sur les exportations d’armes françaises. Vous, militants, avez été nombreux à vous mobiliser pour sensibiliser vos députés, convaincus que les autorités françaises ne pouvaient continuent d’autoriser l’exportation, vers certains pays, de matériels susceptibles de leur servir à commettre des crimes de guerre. L’ACAT a agi par de multiples voies : publication d’un rapport portant sur la légalité des ventes, conférences, plaidoyer, dépôt de référés pour empêcher le transfert ou le transit d’armes sur des cargos saoudiens . Elle a agi alternativement seule et en partenariat avec d’autres ONG.

Cette mobilisation de la société civile a porté ses fruits. Le 18 décembre, la mission d’information parlementaire sur le contrôle des exportations d’armement a rendu ses préconisations. Le rapport présenté par les député.e.s Michèle Tabarot et Jacques Maire, qui dresse un état des lieux sur les procédures de ventes d’armes françaises – et cite les actions de l’ACAT –, conclut à la nécessité d’une plus grande transparence, proposant ainsi plusieurs amélioration du rapport annuel au parlement, et d’un contrôle accru des parlementaires sur les ventes. Les députés réclament notamment une redéfinition du périmètre du secret de la défense nationale pour faciliter l’accès à l’information dans certains cas et appellent à la création d’une instance parlementaire chargée du contrôle de ces transactions vers l’étranger. 

Parce que la publication de ce rapport n’est qu’un premier pas et parce que la mobilisation des parlementaires et de l’exécutif sera déterminante en la matière, l’ACAT continuera à œuvrer pour que la France avance rapidement vers l’instauration d’un dispositif de contrôle efficace et une transparence accrue en matière d'exportation d'armements. 

Articles associés

Communiqué
Déby-Itno-Macron_Thumbnail
Tchad

Répression sanglante au Tchad : la junte tue dans la rue

Le 20 / 10 / 2022
Le 20 octobre 2022 devait marquer la fin des 18 mois de transition militaire au Tchad. Mais le clan Déby Itno au pouvoir en a décidé autrement. La période de « transition » a été prolongée de deux ans à l’issue d’un dialogue national à sens unique en faveur de la Junte au pouvoir, poussant l’opposition dans la rue à N’Djamena et dans plusieurs villes de province. La mobilisation d’aujourd’hui, interdite par les autorités, a été réprimée dans le sang. Les autorités font état de 50 victimes. L’ACAT-France demande à la France d’arrêter son soutien tacite au régime tchadien et appelle à une enquête internationale.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.
Article
Kopax-ACAT_Thumbnail
République Dém. du Congo

Lutte contre l’impunité en RDC : une étape incontournable

Le 19 / 09 / 2022
L’ACAT-France a récemment répondu présente à l’invitation du mouvement citoyen Conscience Congolaise pour la Paix qui œuvre en faveur de la justice et la paix en République démocratique du Congo (RDC) lors d’une Conférence internationale pour la paix en RDC, le 16 septembre 2022. Clément Boursin, responsable Afrique, est intervenu dans un panel d’experts sur la thématique de la « lutte contre l’impunité ». L’occasion de passer en revue les défis qui attendent le pays en matière de justice, alors que les responsables de nombreuses et graves violations des droits humains commises ces dernières années restent impunis et que leurs victimes attendent encore vérité, justice et réparation.