Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Vietnam
Action

Je soutiens les 700 condamnés à mort au Vietnam!

700. C’est le nombre de condamnés à mort qui croupissent actuellement au fond des geôles vietnamiennes. Chaque année, ils sont entre 70 et 80 nouveaux condamnés à rejoindre le couloir de la mort, principalement pour trafic de drogue et meurtre.
RTX1319V-rvbWEB
crédit : Nguyen Huy Kham / Reuters

Le 18 / 09 / 2015

 

Cette pétition est désormais fermée. Merci à tous les signataires de l'ACAT-France, de l'ACAT-Belgique francophone et de l'ACAT-Suisse. Grâce à votre mobilisation, une délégation de l'ACAT-France a pu rencontrer le 12 novembre dernier le Chef de cabinet de la Secrétaire d'Etat au développement et à la Francophonie, Madame Annick Girardin. La Secrétaire d'Etat a reçu de son côté plusieurs centaines de cartes-lettres. Durant cet entretien, plus de 3630 cartes-lettres et signatures de la pétition "Je soutiens les 700 condamnés à mort au Vietnam" ont été remises. L'ACAT-France a exposé ces recommandations sur la question de la peine de mort au Vietnam, en particulier pour trafic de drogues. Le Chef de Cabinet a pris notre de ces recommandations. L'ACAT s'assurera de la prise en compte  et du suivi de ces dernières recommandations par le ministère des Affaires étrangères.

700. C’est le nombre de condamnés à mort qui croupissent actuellement au fond des geôles vietnamiennes.


Chaque année, ils sont entre 70 et 80 nouveaux condamnés à rejoindre le couloir de la mort, principalement pour trafic de drogue et meurtre.

L’une des législations anti-drogue les plus sévères  au monde.
Le Vietnam fait partie des 33 États et territoires qui appliquent la peine de mort pour trafic de drogue. Le Code pénal vietnamien stipule que toute personne trouvée en possession de plus de 100 grammes d’héroïne ou de cocaïne, ou de plus de 5 kilos d’opium, est passible d’une peine de prison à perpétuité ou de la peine de mort. Il s’agit d’une pratique régulière dans le système pénal vietnamien : les autorités  voient en effet le recours à la peine capitale comme un moyen de dissuasion efficace pour contrer les risques sociaux (criminalité, délinquance, marginalisation)  liés à la consommation de drogues. Cependant, il a été prouvé que la peine de mort ne permet pas de résoudre le problème de la drogue. La plupart des personnes condamnées à la peine capitale ne sont pas les acteurs principaux du trafic, mais des personnes vulnérables qui sont elles-mêmes victimes d’une organisation qui prend ses ramifications bien plus haut dans la hiérarchie du trafic.


La peine de mort, un secret d’État au Vietnam
Les statistiques sur l’application de la peine de mort au Vietnam sont classées secret d’État depuis janvier 2004. Il n’y a aucun chiffre officiel, et les rares informations sont diffusées au compte-goutte. La presse nationale arrive cependant, à coup d’enquêtes et de recherches, à collecter des sources qui font état d’environ 700 détenus dans les couloirs de la mort, dont des dizaines d’étrangers. Une cinquantaine d’exécutions auraient eu lieu en 2014.


Une pression internationale plus que jamais nécessaire
En juin 2015, les députés vietnamiens ont discuté d’amendements au projet de Code pénal afin de prévoir une réduction du nombre de crimes passibles de la peine capitale. Les discussions ont cependant buté contre une pierre d’achoppement : la question du trafic de drogue, qui a été écartée de ce projet de réforme.
L’Union européenne encourage le Vietnam à réduire le nombre de délits punissables de la peine de mort et à améliorer les conditions de détention des personnes condamnées à la peine capitale. Elle soutient également, avec certains États membres, les réformes juridiques et judiciaires en cours dans le pays.
Fin 2015, l’Union Européenne organisera à Hanoï une réunion consacrée au dialogue renforcé sur les droits de l’homme avec les autorités du pays.  A cette occasion, interpellons l’Union Européenne afin d’obtenir l’abolition de la peine de mort au Vietnam !

Ensemble, enterrons la peine de mort au Vietnam !

Articles associés

Actualité
Nguyen-Van-Hoa
Vietnam

Nguyen Van Hoa placé en résidence surveillée

Le 15 / 01 / 2024
Nguyen Van Hoa est un journaliste, blogueur et défenseur des droits de l’Homme. En 2016, il a filmé et diffusé les images de manifestations pacifiques contre l’entreprise Formosa, responsable d’une catastrophe environnementale ayant affecté des centaines de milliers de personnes. Il avait été arrêté arbitrairement le 11 janvier 2017 et condamné à sept ans de prison puis trois ans d’assignation à résidence. Il a été libéré récemment, pour avoir purgé une partie de sa peine. Une bonne nouvelle pour son état de santé, particulièrement dégradé à cause de ses conditions de détention.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
Vietnam

Le Huu Minh Tuan risque de mourir

Le 03 / 01 / 2024
En raison de ses activités de journaliste indépendant, Le Huu Minh Tuan a été arbitrairement condamné à onze ans d’emprisonnement, en janvier 2021. Aujourd’hui, il risque de mourir en prison.
Appel du mois
WEB_HEAD 24.01
ChineIndeSri LankaVietnam

Je soutiens les chrétiens d’Asie persécutés

Le 18 / 12 / 2023
En Asie, les pays sur lesquels l’ACAT-France est mobilisée sont parmi ceux de la zone comptant le plus grand nombre de chrétiens. Pourtant, de nombreuses ONG et organisations religieuses dénoncent les persécutions croissantes dont ces derniers font l’objet.
Appel du mois
WEB Sendiblue_HEADER-800-450-PEINE-DE-MORT-2023-10
États-UnisVietnam

J’agis pour l’abolition universelle de la peine de mort

Le 22 / 09 / 2023
La peine de mort constitue une torture tout au long du processus de condamnation et après le verdict. Les pays rétentionnistes doivent abolir la peine de mort dans le respect de l’interdiction de la torture, norme impérative du droit international.