Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Sorti de prison, Jiang Tianyong est loin d’être libre

Jiang Tianyong, un avocat emprisonné pour avoir défendu les droits des plus vulnérables, a disparu durant trois jours après sa sortie de prison le 28 février 2019. Aujourd’hui, il a pu retrouver ses proches mais est loin d’avoir recouvré une liberté totale.
Jiang Tianyong free
Jiang Tianyong lors d'un appel vidéo avec son épouse et sa fille le 2 mars 2019. Crédits: Jin Bianling
Le 06 / 03 / 2019

Jiang Tianyong, qui devait être libéré le 28 février 2019 après avoir purgé une peine de deux ans de prison pour « subversion », a disparu avant que ses proches ne puissent venir le chercher à sa sortie. Selon les gardes de la prison n°2 de Xinxiang, Jiang Tianyong était déjà parti. Initialement, les autorités chinoises informent sa famille que ce dernier serait emmené à Zhengzhou, où le gouvernement se chargerait de lui trouver un emploi, mais qu’il ne serait pas autorisé à rentrer chez lui. En parallèle, le père et la sœur de Jiang Tianyong, qui avaient prévu de le rejoindre à sa sortie de prison, étaient également injoignables depuis le 27 février. Selon l’épouse de l’avocat, exilée aux Etats-Unis, leurs téléphones étaient éteints.

Après trois jours d’attente fébrile, Jiang Tianyong, son père et sa sœur réapparaissent finalement le 2 mars 2019 au domicile familial à Xinyang, dans la province du Henan. L’avocat a alors pu passer un appel vidéo à son épouse Jin Bianling et sa fille, le premier depuis que ces dernières ont fui la Chine pour Los Angeles en 2013. Lors de l’appel, Jiang Tianyong a demandé à ce que l'on transmette ses remerciements à tous ceux qui l’ont soutenu. « Il n’a pas pu en dire beaucoup, car il n’est toujours pas libre » regrette son épouse, qui espère que la communauté internationale restera vigilante au sort de son mari.

Bien qu’il ait purgé l’intégralité de sa peine, Jiang Tianyong est privé de ses droits politiques et demeure sous haute surveillance. Des policiers stationnent à l’extérieur de la maison de ses parents et le suivent à chacune de ses sorties.

S’il est encore difficile à l’heure actuelle de connaître son état de santé, son épouse l’a trouvé amaigri, et sa vue semble s’être détériorée. Lors de sa détention, Jiang Tianyong s’était également mis à souffrir de pertes de mémoire, ce qui laissait craindre qu’il n’ait été forcé d’ingurgiter des médicaments psychoactifs.

Cible du régime depuis des années

Jiang Tianyong est l’un des nombreux avocats des droits humains ciblés par la « répression 709 » -- à l’instar de Xie Yang, Wang Quanzhang ou encore Yu Wensheng. Familier des arrestations arbitraires depuis des années, Jiang Tianyong avait été radié du barreau en 2009 mais continuait de défendre et soutenir publiquement les groupes les plus marginalisés de la société chinoise, tels que des pratiquants de Falun Gong ou des personnes porteuses du VIH/SIDA.

Le 21 novembre 2016, il avait été enlevé par les autorités alors qu’il venait de rendre visite à l’épouse de son confrère Xie Yang, à l’époque emprisonné. Il avait alors passé de longs mois en « résidence surveillée » dans un lieu tenu secret, sans contact avec sa famille. Suspecté d’avoir incité à la « subversion du pouvoir d’État », Jiang Tianyong avait finalement été jugé le 22 août 2017 lors d’un procès expédié en quelques heures, à huis clos, et condamné à deux ans de prison suite à des aveux obtenus sous la torture.

Articles associés

Appel à mobilisation
Xueqin-Jianbing
Chine

Droit des femmes : la double condamnation de Huang Xueqin

Le 21 / 09 / 2022
Huang Xueqin est une journaliste et militante féministe : elle a notamment lancé le mouvement #MeToo en Chine. Pour cette raison, et pour avoir publié à l’époque des écrits sur les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, elle a déjà fait l’objet d’une première détention en 2019. Elle a de nouveau été arrêtée il y a un an et est depuis détenue arbitrairement, accusée d'« incitation à la subversion de l’État ».
Communiqué
Xueqin-Jianbing
Chine

La Chine doit protéger Huang Xueqin et Wang Jianbing

Le 19 / 09 / 2022
Cela fait un an désormais que Huang Xueqin, qui beaucoup contribué à relayer le mouvement #MeToo en Chine, et Wang Jianbing, défenseur du droit du travail, sont sous le coup d'une détention arbitraire au secret. Nous ne les oublions pas. Nos organisations signataires demandent leur libération immédiate.
Actualité
visuel actu CWS1
ChineCamerounVietnam

Libres d'informer : défendons les journalistes contre la to...

Le 28 / 06 / 2022
Derrière les murs des prisons, dans les sous-sols du pouvoir, à l’abri des regards, des hommes et des femmes sont séquestrés, humiliés, affamés, battus afin de briser leur volonté de défendre un droit fondamental : la liberté d’expression et d’information. À l'occasion de la journée internationale de soutien au victimes de la torture le 26 juin, soutenons celles et ceux qui, pour avoir simplement exercé leur droit fondamental, sont victimes des pires injustices dans leur pays.