Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Colombie
Action

Le spectre des représailles

Parce qu’elle a dénoncé ses tortures, Alexandra María Jímenez Parra a été transférée à plusieurs reprises dans des prisons éloignées de sa famille. La stratégie de ses geôliers : punir et isoler pour mieux faire taire.
colombia-labios+cosidos

Le 21 / 11 / 2014

Cette action est désormais fermée.

Merci à tous les signataires de la pétition, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions.

 

Tortures : le début du cauchemar

Alexandra María Jímenez Parra, 36 ans, est mère de deux filles. Elle est venue s’installer à Bogotá pour « joindre les deux bouts ». Ne parvenant pas à s’en sortir avec ses deux emplois, elle s’est laissée convaincre de participer à des enlèvements en taxi pour dépouiller des passagers. Arrêtée, elle a été condamnée en 2008 à 13 ans et trois mois d’emprisonnement.

À la prison El Buen Pastor à Bogotá, Alexandra a rapidement été victime de torture, pratique courante en Colombie. Le 7 avril 2008, à la suite d’une altercation avec un gardien chef, on l’a mise à l’isolement. Le soir, le gardien chef est entré dans la cellule alors qu’elle était aux toilettes. Il l’a menottée, frappée avec sa matraque, ses pieds, ses poings, l’a agrippée par les cheveux puis traînée pour l’enfermer pratiquement nue dans le local à ordures, infesté de rats, en criant : « C’est comme ça qu’on doit traiter les femmes comme toi ! ». Alexandra n’a été sortie de son cachot que le lendemain après-midi. Elle souffrait d’une hémorragie génitale.

Selon les règles de l’ONU, seuls des fonctionnaires féminins doivent assurer la surveillance des femmes détenues. En Colombie, c’est loin d’être le cas. Le rapport de force induit par les surveillants et l’environnement clos est propice aux abus.

Transferts arbitraires, isolement et automutilation

Alexandra a décidé de porter plainte. Bien mal lui en a pris. Comme de nombreux détenus en pareil cas, elle a été transférée plusieurs fois sans avis préalable en guise de rétorsion, toujours loin de Bogotá et des siens, pour finir en 2011 à la prison de Jamundí, à près de 500 km de chez elle. Là, le 16 octobre 2013, on l’a mise à l’isolement prolongé sans motif. Désespérée, elle a entamé une grève de la faim et cousu sa bouche pour protester. Les interventions de l’ACAT ont permis de mettre fin à son isolement et son transfert vers une prison moins dure, à Medellín, mais toujours loin de sa famille, trop pauvre pour entreprendre des trajets aussi longs. Quatre années se sont écoulées sans qu’Alexandra ne revoie ses proches.

Sa situation met en évidence une série d’infractions graves de la part de l’administration pénitentiaire. La Cour constitutionnelle colombienne a rendu plusieurs arrêts en faveur de la proximité des détenus avec leur famille, de l’information préalable et justifiée des transferts ainsi que de la limitation stricte du recours à l’isolement.

Une plainte vite expédiée, des séquelles durables

Le sort de la plainte déposée par Alexandra est tristement habituel. La victime n’a pas été immédiatement examinée par un médecin, mais deux jours après l’agression. Le processus disciplinaire a été confié aux affaires internes de l’institution pénitentiaire qui a rapidement classé le dossier. Le principal organe de contrôle des droits fondamentaux a laissé faire, refusant de superviser l’enquête. Le gardien chef incriminé n’a été ni suspendu ni sanctionné. Au plan pénal, les services du procureur n’ont que très récemment ouvert l’enquête pour tortures.

Alexandra souffre de séquelles psychologiques très sévères à la suite de ses tortures et transferts. Elle a tenté de se suicider à plusieurs reprises. Elle a été déclarée « patiente psychiatrique ». Depuis son transfert à la prison de Medellín, elle reçoit les médicaments dont elle a besoin mais elle n’est toujours pas suivie en thérapie.

En Colombie, les droits des détenus en matière de santé sont constamment bafoués. Les prisonniers n’ont que rarement accès aux personnels de santé et aux soins. 336 détenus sont morts en détention entre janvier 2010 et février 2014, en grande partie pour négligence médicale et à la suite de suicides.

TWEETS À DIFFUSER

Pétition #Colombie : aidez une détenue colombienne victime de torture à recevoir des soins http://www.acatfrance.fr/action/spectre_represailles pic.twitter.com/PgpSFM027o
Pétition #Colombie: une détenue se coud les lèvres pour protester contre sa torture. Aidons-la http://www.acatfrance.fr/action/spectre_represailles pic.twitter.com/PgpSFM027o

Articles associés

Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Colombie

Abencio et Edinson sont portés disparus

Le 20 / 09 / 2023
La Colombie reste plus hostile que jamais aux défenseurs de l'environnement. Parmi eux, Abencio Caicedo et Edinson Valencia, portés disparus pour avoir défendu leur territoire contre des groupes armés. Près de deux ans plus tard, aucune enquête véritable n'a été menée sur leur sort.
Communiqué
Ensemble-Pour-La-Paix
Colombie

Soutien à la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz

Le 05 / 05 / 2022
Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.
Communiqué
49195320112_cbde7f21ca_o
Colombie

En soutien à la Commission pour la vérité

Le 28 / 07 / 2020
Avec le Réseau France Colombie Solidarités, l’ACAT réaffirme son soutien aux 11 membres de la Commission pour l’éclaircissement de la vérité et demande des garanties pour la poursuite sereine de leur mission essentielle à la paix.
Actualité
Capture d’écran 2020-05-13 à 16.49.39
Colombie

Surveillance illégale de défenseurs des droits humains

Le 13 / 05 / 2020
L'ACAT dénonce les agissements illégaux du renseignement militaire colombien à l'encontre d'au moins 130 défenseurs des droits humains, dirigeants sociaux, opposants politiques, signataires de l'accord de paix, magistrats et journalistes. Des garanties doivent être apportées pour protéger les personnes visées et empêcher que de telles pratiques ne se répètent.