République Dém. du Congo
Bonne nouvelle

L'opposant Diomi Ndongala libéré

L’opposant Eugène Diomi Ndongala, président du parti Démocratie chrétienne, a été libéré le 21 mars 2019 après presque six années de détention. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle décidée par le ministre de la Justice sur ordre du président Félix Tshisekedi.
Diomi Ndongala
Le 26 / 03 / 2019

L’opposant Eugène Diomi Ndongala, président du parti Démocratie chrétienne, a été libéré le 21 mars 2019 après presque six années de détention. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle décidée par le ministre de la Justice sur ordre du président Félix Tshisekedi.

Il avait été condamné en mars 2014 à 10 ans de prison par l’ex-Cour suprême de justice pour viol sur mineure.

Arrêté en avril 2013, après que son immunité parlementaire ait été levée, Eugène Diomi Ndongala et ses proches ont toujours dénoncé un procès politique destiné à « faire taire un adversaire actif ». A l'époque, il était un fervent soutien de l’opposant Étienne Tshisekedi qui revendiquait la victoire à l'élection présidentielle de 2011 face à Joseph Kabila. En juin 2012, alors qu'Eugène Diomi Ndongala continuait à dénoncer les irrégularités des résultats électoraux et envisageait de mener des actions pour réclamer la vérité des urnes, il disparut quelques semaines, enlevé par les services de sécurité selon ses proches. Il réapparut la veille de la tenue du sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à Kinshasa.

Fin 2016, le Comité des droits de l’homme des Nations unies  avait demandé la libération d’Eugène Diomi Ndongala, estimant que ses droits avaient été « bafoués » par la justice congolaise.

Eugène Diomi Ndongala a déclaré à sa sortie de prison qu'il se considérait comme un prisonnier politique. « Plus jamais les Congolais ne devront subir ce que j'ai subi à cause de mes opinions publiques. Plus jamais la justice de notre pays ne devrait être instrumentalisée ».

L'ACAT-France s'était mobilisée à plusieurs reprises pour que ses droits procéduraux soient respectés.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Sengha_VIGNETTE
République Dém. du Congo

Gloria Sengha, détenue au secret

Le 12 / 06 / 2024
Le 17 mai 2024, autour de 17h, Gloria Sengha – fondatrice du mouvement Vigilance citoyenne (VICI), membre de la campagne Tolembi Pasi (« Nous en avons assez de souffrir » en lingala) et membre du parti Envol – a été enlevée par des policiers à Kinshasa, en compagnie de deux de ses collègues : Robert Bunda et Chadrack Tshadio. Elle est depuis lors portée disparue tandis que ses collègues ont été localisés dans les locaux de la police.
Bonne nouvelle
BN-STANIS-BUJAKERA-202403
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala enfin libre !

Le 20 / 03 / 2024
Bonne nouvelle pour les droits de l’Homme : le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala, qui avait été condamné à 6 mois de prison en République démocratique du Congo, est libre. Les autorités lui reprochaient la publication d’une note des services de renseignements, qu’elles affirment être un faux. Problème, le document était authentique. Ce procès bâclé a gravement porté atteinte à la liberté de la presse. L’ACAT-France, qui s’était mobilisée pour lui, se réjouit de sa libération.
Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.