Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

Torturés, détenus ...et oubliés ?

Voilà bientôt quatre ans qu’Honorio Corcuera Noyola et Margarito González Domínguez ont dénoncé des tortures. Pourtant, les autorités ne mènent aucune enquête pour torture et les maintiennent en détention préventive.
mexique_honorio_margarito jpg
Le 28 / 10 / 2015

Honorio Corcuera Noyola et Margarito González Domínguez ont été arrêtés par des agents de la police judiciaire en décembre 2011 à Chacahua (Oaxaca).

Pendant leur garde à vue, ils expliquent avoir eu les pieds et poings liés et subi coups répétés, waterboarding, asphyxie par sac plastique, menaces de mutilation et d’exécution. Tout cela pour avouer être les auteurs de la disparition de l’étudiant Jesús Israel Moreno en juillet 2011.

Les deux hommes ont été placés sous le régime de l’arraigo (détention préalable à toute enquête et inculpation), sans en être informés, sans accès à des avocats et interdits de visites. Ils ont dû signer des documents à l’aveugle.

Ils ont été examinés par un médecin qui, selon eux, n’a pas voulu rapporter leurs séquelles.

Ils sont toujours en détention préventive, dans des prisons différentes.

MM. Corcuera Noyola et González Domínguez sont accusés sur la base de preuves que nous considérons inadmissibles :

  • Leurs aveux recueillis par le ministère public alors qu’ils se sont rétractés devant le juge et ont allégué des tortures ;
  • La déposition d’un co-accusé qui les désigne comme uniques responsables ;
  • L’autopsie de l’étudiant dont le corps n’a toujours pas été retrouvé.

 

Contexte

Les ravages de la « guerre contre le crime »

À son arrivée au pouvoir en décembre 2006, le président Felipe Calderón a déclaré la guerre à la délinquance organisée. D’une manière générale, les forces de l’ordre et l’appareil judiciaire ont procédé à des arrestations et condamnations massives en recourant à l’extorsion d’aveux et aux preuves illicites. Le bilan de la guerre de Calderón est estimé à au moins 60 000 morts, 26 000 victimes de disparition forcée, 250 000 déplacés internes et des milliers de personnes torturées au cours de leur garde à vue et de leur détention. Le président Enrique Peña Nieto, en place depuis décembre 2012, n’a pas changé la donne.

La torture comme première méthode d’enquête

La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a enregistré une augmentation de 600 % des plaintes pour torture en dix ans. En avril 2014, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture a qualifié le recours à la torture d’« endémie inquiétante » au sein de « tous les corps de sécurité publique, policiers ou militaires ». Très souvent, les juges acceptent les confessions obtenues sous la torture, violant le droit des accusés à un procès équitable.

L’arraigo, un permis de torturer

En 2008, la Constitution a introduit l’arraigo, une forme de détention provisoire avant inculpation pour les personnes suspectées de délinquance organisée, dont la durée maximale est de 40 jours, renouvelable une fois. En théorie, il s’agit d’optimiser les conditions d’enquête. En pratique, cela se traduit par un accès très restrictif ‑ voire nul les premiers temps ‑ à une défense légale, à la famille, aux soins et par des tortures visant à faire avouer et fabriquer des preuves. Depuis avril 2014, les placements sous arraigo ont beaucoup baissé néanmoins l’ACAT milite toujours pour son abrogation totale.

Depuis 2013, l’ACAT a mené plusieurs actions en faveur de MM. Corcuera Noyola et González Domínguez.

 

Articles associés

Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Mexique

Je soutiens la communauté de Tierra Blanca Copala

Le 14 / 02 / 2024
La communauté de Tierra Blanca Copala vit dans un climat de violence armée orchestrée par des groupes paramilitaires et par la complicité de l'Etat. Malgré l'urgence de la situation, les autorités mexicaines ont fait preuve d'indifférence pour mettre fin à ce calvaire.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette10
Mexique

Un an sans Ricardo et Antonio

Le 25 / 01 / 2024
Le 15 janvier 2024 a marqué le premier anniversaire de la disparition du dirigeant communautaire Antonio Díaz Valencia et de l'avocat et défenseur des droits de l'Homme Ricardo Lagunes Gasca. Continuons à exiger de l'État mexicain qu'il prenne toutes les mesures nécessaires pour les retrouver !
Bonne nouvelle
BN-VISUEL_ACTU
Mexique

Verónica Razo Casales est enfin libre !

Le 24 / 01 / 2024
En 2011, Verónica Razo Casales est accusée sans preuves d'enlèvement au Mexique. Pour obtenir des aveux, elle sera torturée, puis suivront les violences sexuelles. Grâce à votre mobilisation, un tribunal a ordonné sa libération immédiate !