Mexique
Actualité

Migrant : coupable idéal sans droits ?

Roberto Carlos RuÍz Hernández, migrant hondurien, est détenu au Chiapas depuis 2013 sur la base d’aveux obtenus sous la torture. Roberto Carlos a fait plusieurs grèves de la faim pour dénoncer sa situation et enfin obtenir justice.
Roberto-Carlos-Ruiz-Hernandez
Roberto Carlos RUÍZ HERNÁNDEZ ©Frayba
Le 13 / 09 / 2017

Le 22 mai 2013, alors qu’il partait pour les États-Unis, Roberto Carlos RuÍz Hernández, migrant hondurien, a été arrêté à Arriaga, Chiapas. Il a été torturé pendant une dizaine d’heures : insultes, menaces, coups, tentatives d’asphyxie avec un sac plastique et simulacres de noyade. Il a dû laisser ses empreintes sur des documents qu’il n’a pas pu lire. Puis, il a été emprisonné et condamné pour « extorsion » d’autres migrants à 5 ans et 3 jours de prison.

Dans sa déposition, Roberto Carlos a dénoncé ces tortures. Un examen médical, réalisé en 2015, a conclu à la vraisemblance de ces allégations. Il n’y a pourtant eu aucune enquête.

Il n’existe aucune déposition des migrants auxquels Roberto Carlos est supposé avoir dérobés des biens. Aucune confrontation n’a été possible non plus. Les noms de ces plaignants ne figurent même pas au registre de l’Institut national de migration.

L’ambassade du Honduras n’a pas été informée de l’arrestation alors que c’est obligatoire. Par la suite, elle n’a pas voulu assister Roberto Carlos, exigeant des documents officiels qu’il ne peut produire car il a passé l’essentiel de son existence aux États-Unis et au Mexique de manière illégale.

Roberto Carlos s’est mis en grève de la faim en 2014. À la suite de cela, en 2015, les autorités l’ont informé qu’il pourrait accéder à la libération anticipée en février 2017. Cet engagement n’ayant pas été respecté, il a entrepris deux autres grèves de la faim, en mai et en août 2017. Depuis, Roberto Carlos souffre notamment d’une gastrite sévère, mais l’administration pénitentiaire ne lui apporte pas les soins nécessaires.

Roberto Carlos indique avoir croisé une cinquantaine de migrants en prison qui ont, comme lui, été torturés et condamnés arbitrairement.

 

Contexte

Les ravages de la « guerre contre le crime »

Depuis dix ans, le Mexique traverse une très grave « crise des droits de l'homme » avec un taux d'impunité de 98 %, selon les propres termes de l’ONU. Dans le cadre de la «  guerre » gouvernementale contre la délinquance organisée, les forces de l’ordre et l’appareil judiciaire ont procédé à des arrestations et des condamnations massives en recourant à l’extorsion d’aveux et aux preuves illicites.

  • 30 942 disparitions recensées en mars 2017 par le Registre national des personnes perdues ou disparues (RNPED), avec une augmentation de 474 % des cas entre 2007 et octobre 2016 ;
  • 7 635 plaintes pour torture enregistrées par les Commissions des droits de l’homme nationale et des états fédérés entre 2007 et 2016[4] ;
  • 90 573 homicides volontaires entre 2013 et mars 2017, avec une nette recrudescence depuis 2016 ;
  • entre 310 000 et 90 000 déplacés internes, selon les sources, depuis 2009 du fait de la violence ;
  • 22 journalistes assassinés depuis 2016 et 47 défenseurs des droits de l’homme assassinés en 2016.

Les migrants en première ligne

Souvent taxés de tous les maux, les migrants, surtout centraméricains, sont fréquemment torturés dans l’objectif de leur faire avouer des infractions, de leur extorquer de l’argent ou de les expulser. L’ONG Maison du Migrant, à Coahuila, a enregistré 40 témoignages de cet ordre de janvier 2013 à mai 2014.

Des milliers de migrants sont également victimes d’exécutions ou de disparitions par des bandes criminelles ou des agents de l’État.

Les violences à leur encontre sont particulièrement fréquentes dans l’état du Chiapas.

 

 

Vous pouvez agir en envoyant cette lettre aux autorités mexicaines concernées.

 

Articles associés

Communiqué
1160-600_NDV-24
ChineCamerounIranMarocMexiqueRwandaVietnam

Que la Nuit des Veilleurs 2024 commence !

Le 15 / 05 / 2024
Le 26 juin 2024, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de torture, l’ACAT-France (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) organise la 19e Nuit des Veilleurs, au sein d’une année particulière qui marque les 50 ans de l'ONG. Cette édition aura pour thème « Grâce au Christ, la vie a vaincu la mort ». Comme chaque année, cette mobilisation militante et œcuménique rassemblera chrétiens du monde entier et sympathisants de toutes générations, engagés dans la défense des droits de l’Homme à travers plusieurs centaines de manifestations
Appel du mois
WEB_HEAD 24.04
Mexique

J’agis pour Lorenza Cano Flores

Le 25 / 03 / 2024
Le 15 janvier, Lorenza Cano Flores a été enlevée par des hommes armés qui sont entrés violemment chez elle. À ce jour, on ne sait rien de son sort. Son cas reflète la tragique réalité des milliers de femmes mexicaines à la recherche de leurs proches disparus.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Mexique

Je soutiens la communauté de Tierra Blanca Copala

Le 14 / 02 / 2024
La communauté de Tierra Blanca Copala vit dans un climat de violence armée orchestrée par des groupes paramilitaires et par la complicité de l'Etat. Malgré l'urgence de la situation, les autorités mexicaines ont fait preuve d'indifférence pour mettre fin à ce calvaire.