République Dém. du Congo
Actualité

Libérez Fred Bauma et Yves Makwambala. Ne laissez pas mourir les aspirations démocratiques de la jeunesse congolaise.

Nous demandons que Fred et Yves soient immédiatement libérés et qu’ils soient autorisés à continuer leurs activités civiques dans le cadre de leur mouvement respectif, sans être inquiétés
Filimbi
Le 01 / 07 / 2015

Le 15 mars 2015, Fred Bauma et Yves Makwambala ont été arrêtés à Kinshasa. Ils appartiennent aux mouvements citoyens La Lucha (Fred) et Filimbi (Yves). Ces deux mouvements de jeunes mettent la bonne gouvernance au centre de leur action et souhaitent conscientiser la population sur les droits et les obligations de toutes les parties concernées dans une démocratie. Ils exigent des autorités qu’elles disent ce qu’elles font et fassent ce qu’elles disent. Ils encouragent la population à exiger ses droits. Ils mettent la redevabilité au centre et ils utilisent leur propre génération comme levier : une jeunesse qui est démographiquement importante mais qui est marginalisée dans le processus démocratique.

Le crime de Fred et Yves : se réunir avec une trentaine d’activistes pro-démocratie venus de différents pays d’Afrique pour un échange d’expériences sur le thème « Jeunesse et Citoyenneté ». La réunion avait pourtant été autorisée par les services étatiques compétents et bénéficiait du soutien de l’USAID, l’agence de développement américaine.
Aujourd’hui, plus de trois mois plus tard, Fred et Yves sont toujours en prison. Ils ont été transférés à la prison centrale de Makala à Kinshasa début mai, après avoir passé presque deux mois au secret dans des cachots de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR). Durant cette période ils ne purent être visités par leurs avocats.

Leur procès devrait s’ouvrir dans les jours à venir. Ils sont inculpés d’appartenance à une association formée dans le but d’attenter aux personnes et aux biens ; d’avoir comploté contre la vie ou contre la personne du Chef de l’Etat ; et d’avoir tenté de détruire ou de changer le régime constitutionnel, ou d’avoir incité des personnes à s’armer contre l’autorité de l’Etat. Les autorités ont aussi accusé Fred d’avoir troublé l’ordre public, et Yves d’avoir publiquement offensé le chef de l’Etat.

Fred et Yves n’ont jamais comploté contre le président en place. Ils n’ont trahi personne, et certainement pas la nation congolaise, à laquelle ils sont profondément attachés. Fred et Yves sont des jeunes congolais engagés pour une citoyenneté active. Comme nous, ils sont profondément attachés aux valeurs démocratiques. Ils symbolisent les espoirs de changement vers plus de paix, de démocratie et de développement en RDC.

A ce titre, nous, citoyens congolais et non-congolais qui tenons la démocratie en RDC au cœur, considérons leur détention comme arbitraire, injuste et indigne. Elle constitue une violation grave de la liberté d’expression, d’association et de réunion prônée par la constitution de la RDC et la déclaration universelle des droits de l’homme dont la RDC est signataire. Nous soutenons dès lors l’Assemblée nationale de la RD Congo qui, selon des membres du parlement qui ont assisté au débat sur la question, a recommandé une « solution politique » pour libérer ces deux activistes. Nous demandons ainsi que Fred et Yves soient immédiatement libérés, sous aucune condition, et qu’ils soient autorisés à continuer leurs activités civiques dans le cadre de leur mouvement respectif, sans être inquiétés".

Signataires :


1. Arnaud Zacharie, Secrétaire Général du Centre National de Coopération au Développement (CNCD- 11.11.11) - Belgique
2. Bart Staes, Eurodéputé - Belgique
3. Bob Kazadi Kabamba, Professeur à l’Université de Liège (ULG) - RDCongo
4. Christiane Kayser, Consultante internationale spécialisé dans la Région des Grands Lacs - Allemagne
5. Christoph Vogel, Chercheur spécialisé dans la Région des Grands Lacs - Allemagne
6. Claudy Siar, Journaliste et panafricaniste - France
7. Clément Boursin, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, ACAT/France - France
8. David Van Reybrouck, Chercheur et écrivain, auteur du livre « Congo une Histoire » - Belgique
9. Devon Curtis, Professeur en Politique Internationale à Cambridge University - Royaume Uni
10. Dirk Van der Maelen, Parlementaire Belge - Belgique
11. Dominic Johnson, Journaliste - Allemagne
12. Elizabeth Barad, New York City Bar Association - Etats-Unis
13. Emanuela Baio Dossi, Sénatrice italienne, Membre de la Commission spéciale pour la protection et la
promotion des droits de l’homme - Italie
14. Flaubert Djateng, Coordonateur de Zenü Network - Cameroun
15. Herbert Weiss, Professeur émérite à la City University of New York - Etats-Unis
16. Isabelle Durant, Députée bruxelloise - Belgique
17. Jason Stearns, Chercheur et écrivain, Directeur du Programme Oussalama - Etats-Unis
18. Jean Claude Willame, Professeur et écrivain, Spécialiste de l’Afrique centrale - Belgique
19. Juvénal Munubo Mubi, Député national RDCongo - RDCongo
20. Kris Berwouts, Consultant et analyste indépendant sur la sécurité, les conflits et la démocratie en Afrique Centrale - Belgique
21. Letieia de Torre, Parlementaire italienne, Chambre des députés - Italie
22. Mark Demesmaeker, Eurodéputé - Belgique
23. Maria Pia Garavaglia, Sénatrice italienne - Italie
24. Micheline Mwendike Kamate, Militante de la LUCHA - RDCongo
25. Muhindo Butondo Nzangi, Député National RDCongo - RDCongo
26. Mvemba Phezo Dizolele, Ecrivain, analyste sur la politique internationale et journaliste indépendant,
professeur à John Hopkins University SAIS de Washington DC - RDCongo
27. Paul Higate, Professeur à Bristol University - Royaume Uni
28. Paul Kirby, Professeur à Sussex University - Royaume Uni
29. Philippe Hensmans, Directeur de Amnesty International Belgique - Belgique
30. Philippe Lamberts, Eurodéputé - Belgique
31. Sabine de Bethune, Sénatrice et ex-présidente du Sénat belge - Belgique
32. Sharath Srinivasan, Directeur du Centre de Gouvernance et de Droits de l’Homme à Cambridge University - Royaume Uni
33. Teresio Delfino, Ancien Député, Sénateur et Ministre italien - Italie

Articles associés

Bonne nouvelle
BN-STANIS-BUJAKERA-202403
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala enfin libre !

Le 20 / 03 / 2024
Bonne nouvelle pour les droits de l’Homme : le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala, qui avait été condamné à 6 mois de prison en République démocratique du Congo, est libre. Les autorités lui reprochaient la publication d’une note des services de renseignements, qu’elles affirment être un faux. Problème, le document était authentique. Ce procès bâclé a gravement porté atteinte à la liberté de la presse. L’ACAT-France, qui s’était mobilisée pour lui, se réjouit de sa libération.
Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala doit être libéré !

Le 07 / 02 / 2024
Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala croupit dans une cellule de la prison de Makala à Kinshasa. Il est arbitrairement détenu depuis le 8 septembre 2023, date à laquelle il a été arrêté à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa.