Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Vague de répression contre des militants ouvriers dans la province du Guangdong

Les militants Zeng Feiyang, Zhu Xiaomei, Deng Xiaoming He Xiaobo, Peng Jiayong, et Tang Jian ont été arrêtés jeudi 3 décembre. Meng Han a disparu le même jour. Chen Huihuai a été arrêté le 9 décembre et est depuis assigné à résidence.
Zeng Feiyang,  Zhu Xiaomei and He Xiaobo
Zeng Feiyang, Zhu Xiaomei et He Xiaobo
Le 11 / 12 / 2015

Les militants Zeng Feiyang, Zhu Xiaomei, Deng Xiaoming He Xiaobo, Peng Jiayong, et Meng Han ont été arrêtés jeudi 3 décembre. Tang Jian a disparu le même jour. Chen Huihuai a été arrêté le 9 décembre et est depuis assigné à résidence.

Zeng Feiyang, Zhu Xiaomei et Meng Han sont accusés d’avoir « assemblé une foule pour perturber l’ordre social » et n’ont toujours pas pu rencontrer leurs avocats. He Xiaobo a été accusé de « détournement de fonds » et n’a pas non plus pu voir son avocat. Aucune accusation n’a encore été proférée à l’encontre de Deng Xiaoming, Peng Jiayong et Tang Jian.

Zeng Feiyang, Chen Huihuai He Xiaobo sont les directeurs de trois des ONG de défense des ouvriers parmi les plus influentes de la province du  Guangdong. Anciens travailleurs migrants, ils se battent depuis plusieurs années pour l’amélioration des conditions de travail des ouvriers chinois. Zhu Xiamoei, Meng Han, Deng Xiaoming, Peng Jiayong, Tang Jian sont des ouvriers militants qui se battent pour l’établissement de branches syndicales au sein des entreprises et pour l’instauration de la négociation collective comme moyen pacifique de résolution des conflits.

17 autres membres et bénévoles d’ONG de défense des droits des ouvriers ont été interrogés et brièvement détenus très récemment. Ce nouveau mouvement de répression, qui fait suite à ceux qui se sont abattus sur les militantes féministes au printemps et sur les avocats des droits de l’homme à l’été, est un signe supplémentaire du rétrécissement de l’espace accordé à la société civile par le pouvoir chinois et de la détérioration rapide de la situation des droits de l’homme dans le pays.

Contexte

L’année 2015 a vu la situation des droits de l’homme se détériorer soudainement et dramatiquement en Chine.

Des militantes des droits des femmes ont été détenues simplement car elles cherchaient à sensibiliser sur le harcèlement sexuel dans les transports publics.

Une série de projets de loi a été présentée afin d’entraver le travail des organisations non gouvernementales et de restreindre la société civile indépendante ainsi que la liberté d’expression, d’association et de réunion.

Au mois de juillet, le gouvernement chinois a déployé des mesures sans précédent pour faire taire des défenseurs des droits fondamentaux qui critiquent les atteintes aux libertés publiques. Harcèlement, intimidation et vague d’arrestations des avocats, des militants et même des membres de leur famille. En détention, certains ont été contraints de livrer des « confessions publiques » dans les grands medias publics chinois en indiquant qu’ils appartenaient à des « groupes criminels » ou qu’ils avaient « troublé l’ordre public ». Très peu ont eu accès à un avocat pendant leur détention. Près de 300 membres de la communauté des droits de l’homme ont été arrêtés depuis début juillet et chaque semaine voit de nouveaux avocats et militants être emmenés par la police arbitrairement.

Au mois d’août, dans la province du Zhejiang, les autorités ont arrêté et détenu plusieurs pasteurs et avocats qui s’opposaient à la campagne de destruction des églises et des croix.

Télécharger la lettre

Articles associés

Appel à mobilisation
Ding Jiaxi
Chine

3 ans de détention arbitraire, 1 procès au secret, et... rien

Le 28 / 11 / 2022
Ding Jiaxi, ancien avocat spécialisé dans la défense des droits humains et membre actif du Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants cherchant à promouvoir la transparence des affaires publiques et à dénoncer la corruption, est détenu arbitrairement depuis trois ans. Après plusieurs reports de son procès, il a finalement été jugé le 24 juin 2022, au secret, pour « subversion du pouvoir de l’État ». Depuis, le verdict reste inconnu.
Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.