Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Action

Conditions de détention indignes à la prison de Ducos (Martinique)

Les conditions inhumaines de détention à la prison de Ducos sont unanimement dénoncées. Les mesures prises sont insuffisantes.

Le 19 / 12 / 2014

Cette pétition est désormais fermée. Merci à tous les signataires, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions.

Depuis plusieurs années, les conditions de détention en Outre-mer sont unanimement dénoncées. Un récent rapport d’enquête de l’Observatoire International des prisons (OIP) sur le centre pénitentiaire (CP) de Ducos, en Martinique, est venu rappeler la gravité de la situation.

La situation du CP de Ducos est dénoncée depuis de longues années. De nombreux parlementaires ont interpellés les ministres de la Justice depuis plus de 10 ans. En 2009, un rapport du Contrôleur général des lieux de privation de liberté alertait les pouvoirs publics sur la situation très critique de cet établissement. Plusieurs décisions de la Cour administrative d’appel de Bordeaux ont par ailleurs jugé, en 2013, que les conditions de détention y sont contraires à l'article 3 de la CEDH.

Prison inhumaine

Une enquête réalisée par l’OIP en 2014 confirme les constats déjà dressés. Elle dénonce tout d’abord une surpopulation massive et chronique. Au 1er octobre 2014, le taux d’occupation du quartier maison d’arrêt de Ducos était ainsi de 210.4%, et celui du quartier centre de détention était de 124.6%. Les divers plans d'agrandissements mis en œuvre ces dernières années ne sont pas parvenus à y remédier, la population carcérale ayant augmenté de concert.

Jusqu'à cinq personnes peuvent occuper des cellules de 9 m2, de nombreux matelas sont posés à même le sol. La très grande promiscuité rend extrêmement difficile, voire impossible, toute circulation dans les cellules. L’intimité, notamment dans les lieux sanitaires, y est inexistante : les toilettes sont au mieux partiellement cloisonnées ; parfois elles ne le sont pas du tout. Ajouté à cela, l’OIP alerte sur le fait que « les personnes détenues au CP de Ducos peuvent être enfermées jusqu'à 22 heures par jour dans leur cellule ». Dans ce contexte de surpopulation et de très grande promiscuité, la violence est exacerbée.

Les  conditions matérielles de détention y sont par ailleurs déplorables : saleté des cellules, insuffisance du système de collecte et d'évacuation des déchets, insuffisance des produits d’entretien fournis aux personnes détenues, aération et luminosité insuffisantes, etc. L’établissement est par ailleurs infesté de rats et autres nuisibles.

L’accès aux soins est lui aussi insuffisant (manque de matériels, de personnel). Plusieurs semaines d'attente peuvent être nécessaires pour obtenir un rendez-vous. L’association note enfin de graves carences en matière de sécurité (dangerosité des installations électriques, défaillances de la sécurité incendie).

Des mesures insuffisantes

En octobre 2014, la justice a reconnu les atteintes graves portées aux droits fondamentaux des personnes détenues et prononçait une série de prescriptions visant à l’amélioration des conditions de détention. Contraint de respecter cette décision dont il a dit prendre acte, le ministère de la Justice a annoncé qu’il mettrait en œuvre immédiatement plusieurs mesures imposées par le juge, telles que « l’intensification des opérations de dératisation, un programme de nettoyage complet des cellules, ou encore l’intensification de la distribution des produits d'hygiène à tous les détenus ».

Ces mesures sont louables et l’ACAT sera attentive au suivi de leur mise en œuvre. Elles ne sont cependant pas suffisantes. D’autres solutions devront être mises en œuvre pour mettre fin à la surpopulation carcérale et garantir le respect de la dignité humaine dans cet établissement. L’ACAT demande ainsi la mise en place d’une politique de réduction des incarcérations et l’accroissement des aménagements de peine.

 

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.
Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.
Communiqué
VDA22_DroitsHumains_site-acat
France

Vos dons agissent 2022 : découvrez la nouvelle campagne consa...

Le 03 / 10 / 2022
Ce lundi 3 octobre, France générosités dont l'ACAT-France est membre, lance sa grande campagne annuelle de sensibilisation à la générosité. Une action collective et solidaire portée par les 131 associations et fondations de France générosités autour d’un message commun « Vos Dons Agissent ».