Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Action

Les blessures par Flashball ne doivent pas rester sans suite

Le 22 février 2014, Quentin Torselli (29 ans), Damien Tessier (29 ans) et Emmanuel Derrien (24 ans) ont été grièvement blessés à Nantes, alors qu’ils participaient à une manifestation. Deux d’entre eux ont perdu un œil et le troisième a eu l’arcade sourcilière fracturée.
nantes_fb

Le 09 / 06 / 2015

Cette pétition est désormais fermée, merci à tous les signataires, nous vous tiendrons informés des développements futurs.

Le 22 février 2014, Quentin Torselli (29 ans), Damien Tessier (29 ans) et Emmanuel Derrien (24 ans) ont été grièvement blessés à Nantes, alors qu’ils participaient à une manifestation. Deux d’entre eux ont perdu un œil et le troisième a eu l’arcade sourcilière fracturée.

Ce jour-là, les policiers en service avaient violemment chargé les manifestants en utilisant un arsenal impressionnant : lanceurs de balles de défense, grenades de désencerclement, canons à eau, blessant de nombreux manifestants à des degrés divers. Six victimes, dont les trois jeunes hommes mutilés, ont porté plainte.

Plus d’un an après, et alors que les événements avaient été filmés, le procureur en charge n’a identifié aucun des responsables de ces tirs d’une violence inouïe. Les conclusions de l’enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale n’ont été ni publiées ni communiquées aux victimes.

Alors qu’un usage disproportionné de la force est fortement soupçonné et que de nombreuses vidéos et témoignages accréditent cette thèse, le parquet de Nantes a décidé, début mai, de classer sans suites les plaintes des victimes de ces tirs. Il considère que les faits ne sont pas clairement établis et que les preuves ne sont pas suffisantes. Cela réduit considérablement les chances, pour ces victimes, que des juges puissent se saisir de l’affaire.

Un collectif de soutien s’est formé pour demander à la garde des Sceaux que des enquêtes judiciaires soient systématiquement ouvertes en cas d’allégations de violences policières ayant entraîné un dommage grave. L’ACAT soutient son appel.

Une police de plus en plus armée

Depuis une dizaine d’années, les armes à disposition des forces de l’ordre ne cessent de se diversifier : Flashball Superpro®, LBD 40 x 46®, Taser... Leur utilisation est très fréquente dans les interventions de police lors de manifestations, matchs de football et autres rassemblements publics. Leur caractère supposé « non létal » en a fait des armes dont l’usage est banalisé. Elles sont pourtant à l’origine de blessures et de mutilations graves (perte d’un œil), parfois de décès. Leur utilisation doit être strictement nécessaire et proportionné sous peine de constituer un traitement cruel et inhumain.

De la difficulté d’obtenir une enquête effective…

Le droit d’obtenir une enquête effective et indépendante est la condition de la lutte contre l’impunité. La Convention des Nations unies contre la torture recommande qu'une enquête effective soit conduite dès qu'il existe un motif raisonnable de croire que des actes de torture ou des mauvais traitements ont été commis. Ces obligations sont peu respectées en France quand il s’agit de violences policières. Il s’avère extrêmement difficile d’obtenir une enquête effective. Les victimes de violences policières entendues par l’ACAT s’interrogent sur l'indépendance des enquêteurs et trouvent ces enquêtes trop souvent opaques. Les procédures d’enquête laissent peu de place au contrôle du public.

...en résultent de nombreux classements sans suite

En France, il est fréquent qu’à la suite d’enquêtes préliminaires, les plaintes pour violences policières soient classées sans suite par les procureurs de la République, comme ils en ont le pouvoir. Rares sont donc les affaires dans lesquelles la responsabilité des agents et de l’administration a été reconnue, voire juste mise en question. Le fait que  les policiers soient très rarement condamnés et qu’ils n’aient jamais à rendre de comptes révèle un réel problème. Pourtant, quand une opération de maintien de l’ordre se termine par une atteinte corporelle irréversible, connaître les conditions dans lesquelles les forces de police ont opéré est légitime.

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.
Communiqué
VDA22_DroitsHumains_site-acat
France

Vos dons agissent 2022 : découvrez la nouvelle campagne consa...

Le 03 / 10 / 2022
Ce lundi 3 octobre, France générosités dont l'ACAT-France est membre, lance sa grande campagne annuelle de sensibilisation à la générosité. Une action collective et solidaire portée par les 131 associations et fondations de France générosités autour d’un message commun « Vos Dons Agissent ».
Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.