Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Bonne nouvelle

L'avocat Pu Zhiqiang recouvre sa liberté malgré une condamnation à trois ans avec sursis

Le tribunal intermédiaire n°2 de la municipalité de Pékin a condamné Pu Zhiqiang à trois ans de prison avec sursis mardi 22 décembre pour "incitation à la haine ethnique" et "troubles à l'ordre public". Il est donc libéré mais ne pourra plus exercer sa profession d'avocat.
Photo Pu Zhiqiang
Le 22 / 12 / 2015

Le tribunal intermédiaire n°2 de la municipalité de Pékin a condamné Pu Zhiqiang à trois ans de prison avec sursis mardi 22 décembre pour "incitation à la haine ethnique" et "troubles à l'ordre public". Il risquait jusqu'à huit ans de prison ferme. Bien que ce jugement lui permette de recouvrer la liberté après 19 mois de détention provisoire, il reste profondément inique, Me Pu n'étant coupable d'aucun crime si ce n'est de celui d'avoir usé de sa liberté d'expression.

Par cette condamnation, les autorités s'assurent qu'il n'exercera plus son métier d'avocat, le droit chinois interdisant l'accès à la profession à toute personne condamnée pénalement. Au cours de sa carrière, Pu Zhiqiang a défendu la liberté d'expression de ses clients à maintes reprises, et a notamment été l'avocat de l'artiste Ai Weiwei. Il a également été l'un des acteurs principaux du mouvement pour la suppression du système de rééducation par le travail, aboli fin 2013.

L'ACAT avait appelé à sa libération par l'AU du 26 mai 2014 et par un communiqué sur la répression de la commémoration du 25ème anniversaire du massacre de Tiananmen.

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.