Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Guinée
Bonne nouvelle

Guinée : Libération conditionnelle de 5 membres du FNDC

Le 28 novembre 2019, la Cour d’appel de Conakry a ordonné la libération provisoire de cinq membres du Front national pour la défense de la constitution (FNDC). Messieurs Abdourahamane Sanoh, Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Mamadou Bailo Barry, Alpha Soumah ont été libérés le jour même.
Libération FNDC Guinée
Le 12 / 12 / 2019

Le 28 novembre 2019, la Cour d’appel de Conakry a ordonné – suite à la demande de la défense – la libération provisoire de cinq membres du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) – Messieurs Abdourahamane Sanoh, Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Mamadou Bailo Barry et Alpha Soumah – qui avaient été arrêtés, à Conakry, le 12 octobre 2019 pour avoir appelé les Guinéens à manifester dès le 14 octobre contre le projet de nouvelle Constitution (qui pourrait ouvrir la voie à un troisième mandat du président Alpha Condé).

Ils avaient été condamnés dix jours plus tard, le 22 octobre, à des peines de prison ferme allant de six mois à un an pour « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public » par le Tribunal de première instance (TPI) de Dixinn à Conakry.

Les cinq militants de la société civile ont été libérées le jour même de la maison centrale de Conakry.

Le 5 décembre, le président de la cour d'appel de Conakry a décidé de demander à la Cour constitutionnelle - la plus haute juridiction du pays - de se prononcer sur la « constitutionnalité » des poursuites contre ces cinq militants qui pourraient être considérées comme une atteinte à la liberté de manifester, garantie dans la Constitution guinéenne. Le procès a donc été renvoyé sine die le temps que la Cour constitutionnelle donne un avis sur la question.

A Kindia, le procès de cinq responsables de la coordination régionale du FNDC a débuté le 10 décembre 2019. Messieurs Alseny Farinta Samara, Amadou Saïd ly, Thierno Alpha Oumar Barry, Boubacar Diallo et Moussa Sanoh -  arrêtés le 14 novembre dernier suite à une manifestation interdite - ont comparu devant le TPI de Kindia pour « attroupement interdit sur la voie publique ». Le président du tribunal  Mamadou Yaya Sow a renvoyé l’affaire au 19  décembre pour la délibération et a renvoyé les prévenus en prison.

 

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Actualité
AM 2022-02-Zoghota-COVER
Guinée

Je soutiens les victimes de Zoghota !

Le 19 / 01 / 2022
Le 10 novembre 2020, la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré coupables les forces de sécurité guinéennes d’assassinats, de tortures et d’arrestations arbitraires de citoyens de Zoghota pour des faits survenus en août 2012. Mais en Guinée, la procédure judiciaire reste bloquée faute de volonté politique.