Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Bonne nouvelle

Après huit années d’enfer, Liu Xia est enfin libre !

Le 10 juillet 2018 aux alentours de 11h, la poétesse et veuve du Prix Nobel chinois Liu Xiaobo, Liu Xia, a embarqué à bord d’un avion pour Helsinki, avec pour destination finale l’Allemagne. Après huit années d’assignation à résidence et d’isolement total, Liu Xia a enfin pu quitter le pays qui a laissé mourir son mari en prison il y a près d’un an, et va pouvoir se reconstruire.
lu xia enfin libre RS
Illustration : Jade Dussart
Le 11 / 07 / 2018

En octobre 2010, peu après l’attribution du Prix Nobel de la Paix à son mari Liu Xiaobo, Liu Xia est assignée à résidence par les autorités chinoises. Durant près de huit ans, elle sera forcée de rester cloîtrée chez elle, sans autre contact avec l’extérieur que de brefs appels téléphoniques, sans jamais avoir été accusée ni condamnée pour quoi que ce soit. En 2014, elle est brièvement hospitalisée pour des problèmes cardiaques.

Au début de l’été 2017, Liu Xiaobo est transféré à l’hôpital de Shenyang, dans le Nord du pays, après avoir diagnostiqué d’un cancer du foie en phase terminale. Liu Xia est autorisée à le voir brièvement dans sa chambre d’hôpital, sous haute surveillance. Quelques instants de bonheur et de sourire avant de replonger. Le 13 juillet 2017, Liu Xiaobo est déclaré mort. Moins de 48h après son décès, ses cendres sont dispersées dans la mer, comme pour effacer toute trace de son existence. Dans les mois qui suivent, l’état psychologique de Liu Xia se dégrade, et inquiète sa famille et ses amis. Lors d’une conversation téléphonique avec son ami Liao Yiwu, dissident exilé en Allemagne, elle déclare en pleurs : « Si je ne peux pas partir, je mourrai chez moi. Xiaobo est parti, il n’y a plus rien qui me retient dans ce monde. Il est plus facile de mourir que de vivre ».

Les autorités chinoises refusaient jusqu’alors d’accorder à Liu Xia un permis de quitter le territoire, tout en maintenant qu’en tant que citoyenne chinoise elle était « libre ». Depuis la mort de Liu Xiaobo, l’Allemagne a effectué de nombreuses démarches auprès des autorités chinoises pour accueillir Liu Xia. Angela Merkel a évoqué à plusieurs reprises son cas lors de ses visites en Chine, et ce jusqu’à sa rencontre avec le Premier ministre Li Keqiang à Berlin ce lundi 9 juillet 2018. Officiellement, cette libération intervient pour « raisons médicales ».

Des dispositions ont été prises pour l’arrivée de Liu Xia en Allemagne : appartement provisoire, bourse d’artiste, accompagnement médical pour sa dépression. Elle retrouvera par ailleurs plusieurs amis et dissidents chinois en exil dans le pays.

L’ACAT se réjouit de la libération de Liu Xia, après huit ans de persécution, de surveillance constante et d'assignation illégale à résidence. Injustement punie pour l’homme qu’elle a choisi d’aimer, elle mérite aujourd'hui de pouvoir se reconstruire et poursuivre sa vie en tant que femme libre.

Articles associés

Appel à mobilisation
Xueqin-Jianbing
Chine

Droit des femmes : la double condamnation de Huang Xueqin

Le 21 / 09 / 2022
Huang Xueqin est une journaliste et militante féministe : elle a notamment lancé le mouvement #MeToo en Chine. Pour cette raison, et pour avoir publié à l’époque des écrits sur les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, elle a déjà fait l’objet d’une première détention en 2019. Elle a de nouveau été arrêtée il y a un an et est depuis détenue arbitrairement, accusée d'« incitation à la subversion de l’État ».
Communiqué
Xueqin-Jianbing
Chine

La Chine doit protéger Huang Xueqin et Wang Jianbing

Le 19 / 09 / 2022
Cela fait un an désormais que Huang Xueqin, qui beaucoup contribué à relayer le mouvement #MeToo en Chine, et Wang Jianbing, défenseur du droit du travail, sont sous le coup d'une détention arbitraire au secret. Nous ne les oublions pas. Nos organisations signataires demandent leur libération immédiate.
Actualité
visuel actu CWS1
ChineCamerounVietnam

Libres d'informer : défendons les journalistes contre la to...

Le 28 / 06 / 2022
Derrière les murs des prisons, dans les sous-sols du pouvoir, à l’abri des regards, des hommes et des femmes sont séquestrés, humiliés, affamés, battus afin de briser leur volonté de défendre un droit fondamental : la liberté d’expression et d’information. À l'occasion de la journée internationale de soutien au victimes de la torture le 26 juin, soutenons celles et ceux qui, pour avoir simplement exercé leur droit fondamental, sont victimes des pires injustices dans leur pays.