Émirats arabes unisFranceArabie SaouditeYémen
Actualité

Yémen. La france complice ?

Selon les Nations unies, le Yémen connaît « la plus grande crise humanitaire au monde ». Une crise imputable à une guerre alimentée par les ventes d’armes françaises.
capture-AM-Mars
Le 20 / 02 / 2018

Au Yémen, un enfant meurt toutes les dix minutes de maladies pouvant être évitées. Cette situation dramatique est le résultat d’un conflit sanglant opposant depuis trois ans les forces de la minorité chiite houthie aux forces du président Hadi soutenues par une coalition internationale menée par l’Arabie saoudite. Sur les 27,4 millions de yéménites, près de 19 millions ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire, plus de 8 millions sont au bord de la famine. 2 200 personnes sont mortes du choléra sur plus d’un million de Yéménites infectés. S’ajoutent à cela les milliers de civils tués ou blessés lors des combats qui ont contraint plus de 2 millions de personnes à fuir. Le Yémen est depuis trois ans le théâtre de crimes de guerre perpétrés par toutes les parties au conflit. Bombardements d’hôpitaux, de civils, de dépôts de nourriture… et un blocus pour affamer la population sont parmi les crimes odieux perpétrés par la coalition en toute impunité. Ils sont commis grâce au soutien politique et aux armes fournies par les alliés occidentaux de la coalition, parmi lesquels la France.

Le paradoxe français


Alors qu’elle appelle à une solution pacifique du conflit, la France continue d’approvisionner l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis en armes. D’une main elle caresse, de l’autre
elle jette de l’huile sur le feu. Effectivement, chaque année, les autorités françaises autorisent l’exportation de matériels de guerre vers ces deux pays. Quelles garanties a-t-elle que ces armes ne seront pas utilisées pour commettre des crimes de guerre ? De sérieux doutes planent sur la conformité de ces ventes au Traité sur le commerce des armes dont la France a été un des fers de lance, ainsi qu’à la Position commune de l’Union européenne définissant des règles sur les exportations d’armes. Dans des pays comme l’Allemagne, la Norvège et le Canada, la mobilisation citoyenne a conduit les gouvernements à prendre conscience de l’illégalité et des conséquences humaines potentiellement désastreuses de leurs exportations d’armes à la coalition dans le conflit au Yémen. C’est au tour de la France d’ouvrir un vrai débat démocratique sur le sujet.

Pour agir : téléchargez la lettre d'intervention !

Cette lettre d'intervention s'adresse à tous les députés car de cette façon nous multiplions nos chances de faire la lumière sur les ventes d'armes françaises à l'Arabaie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis.

Pour trouver le plus facilement possible le nom de votre député, téléchargez la liste des députés par circonscription.

Enfin, pour un complément d'information sur les ventes d'armes et la stratégie de l'ACAT : retrouvez le focus et l'article de la rubrique Agir du numéro 4 de notre magazine chrétien des droits de l'homme Humains

Articles associés

Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.
Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.