France
Actualité

J’agis pour les enfants isolés étrangers

A leur arrivée en France, des enfants étrangers se retrouvent seuls, sans aucun adulte pour les protéger et sans prise en charge adaptée de leurs besoins. Nous exigeons qu’ils soient accompagnés de manière inconditionnelle !
Capture d’écran 2017-11-23 à 10.45.55
Le 23 / 11 / 2017

La suspicion au détriment de l’accueil

Ils sont quelques milliers, originaires du Mali, de Guinée, du Cameroun, d’Afghanistan, du Soudan ou encore de Syrie. Ils ont fui la guerre, les persécutions, la pauvreté ou encore les violences familiales dans l’espoir d’une vie meilleure. Ce sont des enfants, ils ont moins de dix-huit ans et ils sont sans famille. Aucun adulte ne s’occupe d’eux quand ils arrivent sur le territoire français. Tous n’ont pas vocation à demander l’asile. Toutefois, leur minorité les rend vulnérables et justifie qu'ils bénéficient d'un accompagnement adapté dès leur arrivée en France.

Alors que le système français apparaît comme l’un des plus protecteurs vis-à-vis des mineurs isolés étrangers, la réalité de sa mise en œuvre n’est pas satisfaisante. En effet, à la violence des épreuves que ces enfants ont subies pour arriver dans notre pays, s’ajoute la violence institutionnelle qui leur est opposée. La logique de suspicion des autorités prime sur leur accueil. Or, la protection de l’enfant ne devrait jamais être envisagée sous le prisme du contrôle des flux migratoires.

Une prise en charge largement insuffisante

Si la loi prévoit que ces jeunes doivent bénéficier d’une prise en charge dès leur arrivée en France, en réalité nombreux sont ceux qui sont contraints de vivre à la rue ou sans protection adaptée dans l’attente de l’évaluation de leur minorité. Pire encore, ceux confiés aux services de la protection de l’enfance vivent parfois dans des conditions inadmissibles.

Ce premier accueil, qui devrait avoir vocation à leur donner un répit et à les rassurer, ne fait que fragiliser encore davantage ces enfants. En effet, livrés à la rue, placés dans des hôtels à bas coût et insalubres, sans suivi éducatif adapté ou d'accès approprié aux soins, ils sont exposés à l'errance, la prostitution, l'exploitation, les addictions, etc. Ils devraient pourtant pouvoir bénéficier des droits garantis par la convention internationale relative aux droits de l’enfant qui s’impose à la France, indispensables pour leur permettre de se reconstruire et de s’intégrer.

Agissez : téléchargez la lettre d'interpellation!

Articles associés

Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Déclaration de l’ACAT-France sur la situation politique

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.