Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Isolement et travaux forcés en guise de célébration du Nouvel An lunaire

Alors que toute la Chine s’apprête à fêter le Nouvel an lunaire le 5 février, le défenseur taïwanais Lee Ming-cheh continue de purger sa peine de prison dans des conditions déplorables. Son épouse, qui a témoigné de son état après sa dernière visite, est désormais interdite d’accès à la prison.
Lee Ching-yu press conference Lee Ming-cheh (c) VOA
L’épouse de Lee Ming-cheh lors d’une conférence de presse. Photo : Voice of America
Le 04 / 02 / 2019

Le 18 décembre 2018, Lee Ching-yu (李凈瑜), citoyenne et résidente taïwanaise, a été autorisée à rendre visite à son mari, qui purge une peine de cinq ans pour « tentative de subversion d’Etat » à la prison de Chishan, dans la province du Hunan en Chine continentale. Lors d’une conférence de presse quelques jours plus tard, elle a révélé les conditions dans lesquelles Lee Ming-cheh (李明哲) est actuellement détenu. Depuis sa condamnation en novembre 2017, ce militant pro-démocratie est forcé de travailler dix heures par jour dans une usine de fabrication de chaussures (au lieu des huit réglementaires prévues par la loi chinoise) et n’a pas de jour de repos. Les autorités pénitentiaires cherchent à l’affaiblir physiquement en lui servant de la nourriture avariée et se sont débarrassées de ses vêtements chauds. Son compte au magasin de la prison a également été gelé, l’empêchant de se ravitailler en nourriture plus substantielle et en couvertures. Selon son épouse, Lee Ming-cheh aurait perdu plusieurs dizaines de kilos. Les gardes de la prison de Chishan ont par ailleurs refusé d’activer sa carte téléphonique et lui confisquent les courriers et livres que lui envoie sa famille. 

Le 28 janvier 2019, Lee Ching-yu s’est vue signifier par la prison de Chishan une interdiction de rendre visite à son mari durant trois mois, au motif que les propos tenus lors de cette conférence de presse « déviaient » de la vérité. Entre septembre et décembre 2018, la famille du militant taïwanais était déjà restée sans nouvelles de lui, les autorités chinoises ayant refusé à plusieurs reprises leurs demandes de visite. Durant cette période, Lee Ming-cheh avait été transféré dans différentes prisons successives sans explication, avant de retourner à Chishan.

Jusqu’au 22 avril 2019, sa famille ne pourra donc recevoir aucune nouvelle de Lee Ming-cheh, bien que le système pénal chinois garantisse en théorie le droit à une visite par mois. Une situation particulièrement inquiétante étant donné la dégradation de son état de santé et les risques de mauvais traitements et de torture qu’il encourt.

 

Vous voulez soutenir Lee Ming-cheh ?

- Téléchargez ce modèle de lettre, personnalisez-la avec vos coordonnées et adressez-la au Ministre de la Sécurité Publique.
- Partagez : Twittez, postez sur Facebook, faites le savoir autour de vous !

 

CONTEXTE

Enlevé en mars 2017 lors d’un voyage en Chine continentale, Lee Ming-cheh dirige Wenshan Community College, une organisation non gouvernementale taïwanaise. Soutenant des organisations de la société civile et des militants en Chine depuis de nombreuses années, il avait publié des commentaires sur le système politique chinois, promouvant les valeurs démocratiques et un système multipartite.

Une répression qui n’épargne pas les ressortissants étrangers

Depuis 2015, la Chine de Xi Jinping s’adonne à une répression de la société civile à grande échelle, ciblant entre autres les avocats, les voix indépendantes et les défenseurs des droits humains. Cette répression ne vise pas que des citoyens chinois mais également des ressortissants étrangers, comme Lee Ming-cheh.

En octobre 2015, l’écrivain et éditeur suédois résidant à Hong Kong, Gui Minhai, a été enlevé par la police chinoise alors qu’il était en vacances en Thaïlande. Après deux ans de détention au secret sans procès, il est brièvement remis en liberté surveillée puis à nouveau arrêté en janvier 2018. Depuis, il n’est toujours pas libre, et a même été forcé de se confesser sur la télévision d’Etat chinoise [Lire l’article de l’ACAT paru dans notre magazine Humains n°06 « Chine : dans les coulisses des confessions télévisées »]. De même, Lee Bo, citoyen britannique et libraire à Hong Kong avait été enlevé en février 2016 et avait disparu pendant trois mois avant de réapparaître en Chine continentale dans une « confession télévisée » et d’être libéré.

Plus récemment, l’ancien diplomate canadien Michael Kovrig a été arrêté le 10 décembre 2018 à Pékin pour avoir « mis en danger la sécurité nationale ». Observateur de la politique étrangère chinoise, il travaille pour le think-tank International Crisis Group en tant que conseiller sur l’Asie du Nord-Est. A ce jour, il est toujours détenu en Chine, sans procès.

Point de tension dans les relations sino-taïwanaises

L’affaire Lee Ming-cheh est d’autant plus sensible qu’elle intervient dans un contexte de tensions accrues entre Taïwan et la Chine. Lee Ming-cheh est le premier citoyen taïwanais à être condamné pour « subversion » en Chine continentale, et il est également le premier employé d’une organisation étrangère à être détenu depuis l’entrée en vigueur en Chine de la Loi relative à la gestion des ONG étrangères le 1er janvier 2017. Lee Ming-cheh travaillait auparavant  pour le Parti démocrate progressiste, qui a gagné les élections taïwanaises en 2016 et mis à la présidence Tsai Ing-wen. Première présidente élue dans la seule démocratie du monde chinois, cette dernière n’a cessé de demander à Pékin de « respecter l’intégrité de l’île ». Or, Pékin considère Taïwan – indépendante de facto – comme une province renégate qui doit repasser sous le contrôle de la Chine continentale et maintient une pression constante sur le gouvernement de Tsai Ing-wen.

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.