Colombie
Actualité

Cesser de torturer ne suffit pas...

Hosman Polo Carrillo a quitté la prison très dure de Valledupar et n’a pas subi d'autre harcèlement. Cependant, il n'est toujours pas soigné et ses plaintes pour tortures n'avancent pas.
celda valledupar
©DR
Le 09 / 11 / 2015

Depuis le précédent appel de l’ACAT il y a un an, Hosman Polo Carrillo a vu sa situation s’améliorer quelque peu. Il a pu quitter la prison très dure de Valledupar (département de César, au nord) et n’a pas subi de nouvelles mesures de harcèlement. Cependant, les autorités ne l’ont toujours pas soigné pour sa maladie et n’ont rien fait concernant ses plaintes pour torture.

Hosman Polo Carrillo est un détenu de droit commun. Il a été condamné à l’âge de 17 ans à une peine de prison de 29 ans et six mois. Ses conditions de détention très dures, les punitions injustifiées et les mauvais traitements à répétition ont entraîné ses problèmes psychiques. Il a tenté de se suicider par deux fois, lors de crises schizophréniques.

Sa maladie a été formellement diagnostiquée le 1er mars 2011. Depuis, il a été torturé à au moins trois reprises.

En mai 2011, cinq gardiens l’ont passé à tabac puis ont lancé une bombe de gaz lacrymogène dans sa cellule.

En janvier 2013, un gardien chef l’a frappé, le laissant sérieusement blessé.

Le 20 décembre 2013, en représailles d’une de ses crises, des gardiens l’ont frappé à coups de pied, de poing et de matraque, lui ont infligé des décharges électriques au taser dans les testicules, l’ont aspergé de gaz poivre, ont brisé un verre au-dessus de son œil droit. Le détenu a souffert d’une blessure ouverte au visage, de multiples contusions sur le corps et la tête et d’une inflammation des testicules.

Dans les trois cas, la famille a porté plainte. Aucune procédure n’a encore abouti. Jusqu’à présent, Hosman Polo Carrillo n’a pas reçu les traitements nécessaires à sa maladie.

 

Contexte

Système carcéral en crise

Plus de 120 000 détenus sont entassés dans les prisons du pays. Ils souffrent de la promiscuité et de la violence engendrées par la surpopulation carcérale, de conditions d’hygiène déplorables, propices à la propagation de maladies (tuberculose, lèpre, hépatite, VIH, etc.) et aux intoxications alimentaires, du manque d’accès à l’eau potable et aux soins. S’ajoutent à cela des tortures et mauvais traitements infligés par des fonctionnaires de l’Institut national pénitentiaire et carcéral (INPEC) ‑ parfois même par certains directeurs de prison ‑ et par des membres de l’armée. Punitions collectives (restriction d’accès au téléphone, aux cellules, à l’électricité, à la nourriture, à l’eau potable), mises à l’isolement, pressions sur les proches lors des visites, simulacres d’exécution, passages à tabac, mises à nu, placements dans la position du « scorpion » (pieds et poings menottés ensemble), aspersions de gaz lacrymogène, agressions sexuelles et asphyxies sont les pratiques tortionnaires les plus courantes.

Selon des ONG colombiennes, au moins 20 % des prisonniers souffriraient de troubles mentaux plus ou moins directement liés à leurs conditions de détention.

Du 29 avril au 12 mai 2014, en lien étroit avec les 10 ONG locales qui composent la Coalition colombienne contre la torture, l’ACAT a rencontré des détenus des prisons La Picota, El Buen Pastor, La Tramacua et San Isidro. La totalité des prisonniers rencontrés a fait part de fouilles corporelles abusives, de transferts injustifiés, de mises à l’isolement prolongées (parfois des années) dans les unités de traitement spécial (UTE), de punitions collectives et de tortures (coups, décharges électriques) en représailles de plaintes. Les auteurs de tortures et mauvais traitements font parfois l’objet de sanctions administratives et disciplinaires, mais pratiquement jamais de condamnations pénales. L’ACAT recommande, notamment, la ratification du Protocole facultatif à la Convention contre la torture afin que des mécanismes de prévention et de sanction de ces tortures et mauvais traitements en prison soient mis en place.

 

Vous voulez agir en faveur de Hosman Polo Carrillo, envoyez cette lettre aux autorités colombiennes.

Articles associés

Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Colombie

La Communauté de paix San José de Apartadó en deuil

Le 27 / 03 / 2024
À l'occasion du 27e anniversaire de la Communauté de Paix San José de Apartadó, l'ACAT-France condamne fermement les assassinats de Nallely Sepúlveda et d'Edinson David. Nous demandons des garanties de sécurité pour la Communauté et une enquête rapide sur les responsables.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Colombie

Abencio et Edinson sont portés disparus

Le 20 / 09 / 2023
La Colombie reste plus hostile que jamais aux défenseurs de l'environnement. Parmi eux, Abencio Caicedo et Edinson Valencia, portés disparus pour avoir défendu leur territoire contre des groupes armés. Près de deux ans plus tard, aucune enquête véritable n'a été menée sur leur sort.
Communiqué
Ensemble-Pour-La-Paix
Colombie

Soutien à la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz

Le 05 / 05 / 2022
Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.