France
Actualité

Billet d'humeur : "opérations homo"

Dans le livre d'entretien "Un président ne devrait pas dire ça", François Hollande a évoqué les « opérations homo ». Pour homicides. Le surnom a le mérite de la clarté : les services secrets établissent une liste. Et ceux qui y figurent sont abattus par des tirs de missiles ou des actions commandos. Aucun juge, aucun avocat.
648x415_jean-etienne-linares-delegue-general-acat-action-chretiens-labolition-torture
Le 14 / 11 / 2016

« Forfaiture » s’est exclamé Nicolas Sarkozy. François Hollande a violé le secret défense. Il a menacé la sécurité des français en reconnaissant que les services spéciaux avaient « neutralisé » des « ennemis de l’État ». Mais il lui reproche seulement d’avoir trop parlé. Pas un mot sur la légitimité de ces éliminations.

« Opérations homo ». Pour homicides. Le surnom a le mérite de la clarté : les services secrets établissent une liste. Et ceux qui y figurent sont abattus par des tirs de missiles ou des actions commandos. Aucun juge, aucun avocat. Juste quelques hommes à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et à l’Élysée qui décident de frapper à l’étranger en dehors de toute légalité. Des assassinats ciblés.

Mais en face, ils ne nous font pas de cadeaux. C’est de la légitime défense. Éternel discours de l’efficacité contre la morale. C’est oublier que les droits de l’homme n’ont pas été inventés par des pacifistes bêlants, mais par des gens qui savaient, en 1948, à quel type d’efficacité pouvait conduire le recours aux forces armées. C’est oublier qu’il est vain d’espérer qu’appliquer la loi du talion, « œil pour œil, dent pour dent », terrorisera les futurs auteurs d’attentats. Les méthodes musclées et les inévitables dommages collatéraux qui en résultent n’ont jamais produit autre chose qu’une spirale de violence. Elles ne font que renforcer la détermination des différentes composantes de la nébuleuse terroriste auxquelles elles fournissent un formidable outil de propagande. Les missiles ne règlent aucun problème de fond, qu’il soit géopolitique, social ou religieux. Ils ne font que retarder et compliquer le travail des diplomates.

Répondre à la violence par la violence, c’est donner l’illusion de mener une action déterminée susceptible d’assurer notre sécurité en laissant croire que l’usage des armes peut être une solution. Sachons voir les opérations « homo » pour ce qu’elles sont : l’incarnation ultime de la raison d’État et des crimes qu’elle peut engendrer. Rappelons nous que les mêmes arguments pourraient être utilisés pour justifier la torture. Prenons garde enfin à nous méfier de l’abus du langage guerrier. La guerre, la vraie, reste possible. Probable. Ne nous habituons pas à sa possibilité.

Jean-Etienne de Linares, délégué général de l'ACAT / @JEdeLinares

Articles associés

Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.
Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.