Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Notre magazine

N°344 : Disparus

« C’est impossible d’arrêter de chercher. » Comme Nassera Dutour, ils sont des dizaines de milliers à rechercher un proche enlevé. Ces disparus sont « ni morts, ni vivants ». « Ni morts » car sans corps et sans preuve, il est impossible de constater leur décès. « Ni vivants » car leurs proches pleurent chaque jour leur absence. Malgré les succès d’une lutte mondialisée contre ce crime, qualifié de « continu » car il laisse les familles dans « la peur de ne jamais savoir », plusieurs États n’ont toujours pas ratifié la Convention. La communauté internationale doit donc redoubler d’efforts pour lutter contre les disparitions, qui, au XXIe siècle, sont devenues des armes de guerre contre le crime et contre le terrorisme.
C344-cover-web
Le 19 / 06 / 2017

Edito :

  • La France ne pense qu'à elle (Florence Couprie, présidente de l'ACAT France)

Le dossier : Disparus

  • Histoire d'une convention
  • L'impossible deuil
  • Mexique : une loi sur les disparitions ... Et après ?
  • Bangladesh : musèlement et terreur
  • Égypte : une appli pour retrouver les disparus
  • Disparitions forcées et lutte antiterroriste : une toile d'araignée mondiale

Regards sur le monde :

Télécharger le Courrier de l'ACAT n° 344

Articles associés

Notre magazine
H26_Cover

HUMAINS N°26 - JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Le 29 / 09 / 2022
En juin 2001 la déclaration pour une abolition universelle de la peine de mort était adoptée à Strasbourg lors du premier congrès mondial contre cette barbarie. Même si des progrès ont été accomplis et des victoires obtenues çà et là, la peine de mort reste hélas d’actualité. Ce dossier revient sur 20 ans d’actions. Plus que jamais, la Coalition mondiale contre la peine de mort est un lieu indispensable d’échanges et de soutien aux abolitionnistes du monde entier
Notre magazine
H25_Cover

HUMAINS N°25 - COMBATTRE LA TORTURE SOUS TOUTES SES FORMES

Le 31 / 05 / 2022
Nombreux sont ceux qui considèrent encore que les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (PTCID) ne peuvent avoir des conséquences aussi graves ou aussi dramatiques que la torture. À l’occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture (26 juin), l’ACAT-France rappelle que l’interdiction de la torture est un absolu qui ne souffre aucune dérogation.
Notre magazine
H24_Actu

HUMAINS N°24 - DROIT D'ASILE EN EUROPE : LA GRANDE TRAHISON ?

Le 04 / 04 / 2022
Si l’ACAT-France salue la mobilisation pour l’accueil des réfugiés ukrainiens, elle constate que c’est la première fois que la directive européenne relative à la « protection temporaire » est activée depuis sa création en 2001. Dès lors, n’est-il pas légitime de se demander pourquoi ce qui est possible aujourd’hui ne l’a pas été auparavant pour des demandeurs d’asile en provenance d’autres pays ?