Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Bonne nouvelle

Un prisonnier palestinien met fin à sa grève de la faim après une promesse de libération

Le lundi 29 Juin 2015, Khader Adnan, prisonnier en grève de la faim a obtenu un accord avec la prison israélienne selon lequel il met un terme à sa grève de la faim qui aura duré 56 jours en échange de la fin de sa détention administrative.
khader-adnan
Le 02 / 07 / 2015

Le lundi 29 Juin 2015, Khader Adnan, prisonnier en grève de la faim a obtenu un accord avec la prison israélienne selon lequel il met un terme à sa grève de la faim qui aura duré 56 jours en échange de la fin de sa détention administrative. Il devrait être libéré le 12 juillet.

Arrêté le 8 juillet 2014, suite au meurtre de trois jeunes colons et de la vague de répression violente lancée par l’armée israélienne qui avait suivi, Adnan Khader avait été placé en détention administrative. Tout au long de sa longue grève de la faim entamée au cours de l’année dernière, Adnan aura connu différentes formes de tortures. Son état de santé s’était dégradé et en raison de la négligence médicale des forces israéliennes, sa vie était en danger. Il avait entamé une grève de la faim, la main et la jambe attachées à son lit d’hôpital, incapable de se déplacer. Sa famille n’avait pas d’autorisation de lui rendre visite. Sa femme, ses enfants et ses parents avaient manifesté devant l’Hôpital Assaf Harofeh et avaient finalement obtenu cette autorisation, la veille de sa décision de mettre fin à sa grève de la faim.

Adnan Khader comme de nombreux autres palestiniens a subit les conséquences du recours systématique à la détention administrative mise en place par les autorités israéliennes comme mesure punitive en violation du droit international et notamment du droit à un procès équitable. Adnan a par ailleurs été victime de tentative de gavage de la part de ses bourreaux, pratique qui tend à se généraliser visant à empêcher les détenus de se mettre en grève de la faim.

Le droit international encadre le recours à la détention administrative qui doit en principe être « absolument nécessaire » et limitée à l’existence « d’impérieuses raisons de sécurité ». La loi israélienne autorise l’armée israélienne à maintenir en détention une personne sans inculpation ni jugement pour une période de 6 mois renouvelables indéfiniment, sur le fondement de preuves tenues secrètes auxquelles ni le détenu, ni son avocat n’ont accès.

La détention administrative est utilisée comme instrument de l’oppression à l’encontre de toute voix discordante qui conteste l’occupation israélienne : opposants politiques, représentants de la société civile,… Aujourd’hui, plus de 500 palestiniens demeurent détenus en détention administrative dans les prisons israéliennes. En théorie, les détenus administratifs peuvent faire appel de l’ordre de placement devant la justice israélienne. En pratique, ils n’ont jamais accès à un procès juste et équitable. Dans la quasi-totalité des cas, le juge confirme l’ordre de détention administrative et accepte parfois d’en diminuer la durée, ce qui n’empêche aucunement le commandant de renouveler l’ordre par la suite.

Le 12 janvier 2015, l’ACAT avait lancé une pétition pour la libération d’Adnan Khader après le renouvellement par les autorités israéliennes de sa détention administrative pour six mois.


 

Articles associés

Communiqué
Salah-Hamouri-Appel_20220530
IsraëlPalestine

Salah Hamouri doit être soutenu par les autorités françaises

Le 25 / 05 / 2022
L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri est détenu depuis 3 mois par les autorités israéliennes, sans avoir été jugé, ni même inculpé. Une audience doit se tenir dans une semaine, le 6 juin, pour décider de son maintien ou non en détention administrative. Nous lançons cet appel aux côtés de ses proches pour demander sa libération.
Appel à mobilisation
AAM_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220428
IsraëlPalestine

Salah Hamouri passe son anniversaire en prison

Le 28 / 04 / 2022
Placé depuis le 7 mars 2022 en détention administrative par les autorités israéliennes, le défenseur franco-palestinien Salah Hamouri vient de fêter ses 37 ans en prison. Le 6 juin prochain, une audience aura lieu sur son maintien en détention ou sa remise en liberté. Par ailleurs, Salah demeure également sous la menace d’une expulsion de sa terre natale.
Appel urgent
AAMU_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220317
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, à nouveau placé en détention administrative

Le 17 / 03 / 2022
Les forces de sécurité israélienne ont à nouveau placé en détention administrative Salah Hamouri pour une durée de trois mois reconductible alors qu’il est toujours sous la menace d’une expulsion de sa terre natale en raison de la révocation de sa résidence à Jérusalem.