Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceYémen
Actualité

Ventes d'armes : un pas de plus vers la transparence!

Un nombre croissant de députés français demandent la création d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur les ventes d’armes françaises à l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, susceptibles d’avoir été utilisées sur des civils au Yémen. Cette première phase de mobilisation est une réussite. Continuons à demander davantage de transparence!
deputes exigez la transparence
Le 27 / 07 / 2018

Les ventes d’armes françaises n’avaient jamais autant fait l’objet d’attention de la part des médias, mais aussi de la part des députés aujourd’hui de plus en plus nombreux à  demander au pouvoir exécutif plus de transparence sur le commerce des ventes d’armes françaises.

Il y a encore peu de temps, peu semblaient se soucier de l’opacité totale qui entoure les exportations d’armes françaises. Fin juillet, plus de 90 députés de tous bords politiques s'étaient mobilisés, réclamant des informations plus précises. 

En effet, deux études récentes, dont celle mandatée par l'ACAT France et Amnesty, ont montré qu’il existe un risque juridiquement élevé que les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis soient illégales au regard du Traité sur les armes et de la position commune du Conseil de l’Union européenne 2008/944/CFSP, en raison d’un risque important qu’elles ne soient utilisées contre des populations civiles au Yémen.

Conscients que la France peut être coupable d’entorses graves à ses obligations en matière de ventes d’armes s’il est avéré qu'elle n’a pas pris en compte le risque que les armes  vendues soient utilisées pour commettre des crimes de guerre, des députés de plus en plus nombreux exigent la transparence. En effet,  les outils de contrôle parlementaire actuels sont largement insuffisants pour contrôler le respect par la France de ses engagements internationaux.  C'est pour quoi de nombreux députés réclament la mise en place de dispositifs permettant de contrôler la légalité de ce commerce.

L’opacité du rapport annuel au parlement

Cette année les autorités françaises ont présenté leur rapport annuel sur les exportations d’armes au parlement avec un retard record de deux mois. En plus de ce délai non respecté, c’est aussi le manque de transparence de ce rapport que nous avons dénoncé.

Car en l’état, ce rapport ne permet pas aux députés de connaitre les destinataires finaux des armes vendues par la France et l’utilisation qui en est faite. Selon Marielle de Sarnez, présidente de la Commission des Affaires étrangères  « ce rapport donne des éléments mais ne comporte pas d’informations de nature à permettre au Parlement de contrôler la légalité des ventes d’armes. »

Une mobilisation réussie

C’est grâce aux efforts conjoints de militants, citoyens, médias,  ONG, experts et députés que nous pouvons assister à cette évolution inédite vers plus de transparence. Prochaine étape à la rentrée parlementaire au moins de septembre. L’Acat vous tiendra informés et mobilisés, car il y encore des députés à convaincre !  

Articles associés

Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.
Communiqué
CeasefireNOW
FranceIsraëlPalestine

Notre tribune collective d'ONG pour un cessez-le-feu à Gaza

Le 19 / 12 / 2023
L'ACAT-France, au sein d'une une large coalition d'ONG, interpelle le président de la République et demande un cessez-le-feu à Gaza. Le déluge de bombes que la population subit constitue une véritable torture à laquelle il est impératif de mettre fin immédiatement.
Article
JNP2023_VISUEL_ACTU
France

Densité carcérale contre droits humains

Le 27 / 11 / 2023
La surpopulation carcérale est un phénomène chronique en France. Avec un taux d’occupation moyen de 122%, les prisons françaises occupent le bas du classement européen. Derrière ces chiffres se cachent des abus, des violations des droits humains et des traitements cruels, inhumains et dégradants comme l’a souvent dénoncé l’ACAT-France. Des solutions existent, comme un mécanisme contraignant de régulation carcérale.