Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
République centrafricaineCongo
Actualité

Trois anciens casques verts condamnés à trois ans de prison pour crimes de guerre en République centrafricaine

La Cour d'appel de Brazzaville a, le 26 avril 2018, condamné à trois ans de prison ferme trois soldats congolais pour "crimes de guerre" commis en mars 2014 à Boali alors qu'ils étaient membres du contingent de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA). Une peine lègère au vu des crimes commis...
massacre Boali
Le 26 / 04 / 2018

La Cour d'appel de Brazzaville a, le 26 avril 2018, condamné à trois ans de prison ferme trois soldats congolais pour "crimes de guerre" commis en mars 2014 à Boali alors qu'ils étaient membres du contingent de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA). Une peine lègère au vu des crimes commis... d'autant plus que la justice leur accorde des "circonstances atténuantes" sans les nommer.

Le 24 mars 2014, à Boali, à la suite d'un affrontement entre des anti-balaka (milice chrétienne) et des casques verts de la MISCA, un soldat congolais est tué. En représailles, le contingent congolais de la MISCA opère une attaque de la résidence d'un chef anti-balaka et arrête douze personnes, dont des femmes et enfants. Ils sont tous torturés et exécutés sommairement  puis jetés dans une fosse commune.

Dans un premier temps, la MISCA réfute ce massacre, indiquant que les douze personnes tuées étaient des assaillants et avaient été tués par des tirs de ripostes. A la suite d'une mission d'enquête des Nations unies sur le terrain, la MISCA, face aux preuves récoltées, est obligée de revoir sa déclaration et promet une enquête interne. Le 5 juin 2015, le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, face à l'absence d'avancée judiciaire au niveau africain, déclare publiquement que le contingent congolais de la MISCA à Boali s'est rendu coupable de disparitions forcées, tortures et exécutions sommaires. Ce contingent est renvoyé au Congo-Brazzaville.

En 2016, après de nombreuses pressions internationales, la justice congolaise ouvre une enquête sur ces faits et place en détention provisoire trois soldats : le commandant Bonaventure Abéna, le sergent Kein Pacôme Talani Bantsimba et le soldat de première classe Paterne Ngouala. A l'issue d'un procès de deux jours, tenu sans les familles de victimes, ces trois soldats congolais sont reconnus coupables d'avoir capturé puis assassiné douze personnes. Ils sont condamnés à trois années de prison ferme.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Chacona_Thumbnail_20220526
Congo

Toujours pas de réparations dans l’affaire Chacona

Le 25 / 05 / 2022
Le 17 novembre 2020, la justice congolaise condamnait l’État congolais à indemniser, à hauteur de 15 millions de francs CFA, les familles des treize jeunes décédés en juillet 2018 dans les geôles du commissariat de Chacona à Brazzaville. Conformément à la décision judiciaire, le paiement aurait dû être effectué dans les trois mois suivant le jugement. Plus d’un an et demi après le verdict, aucune somme ne leur a encore été versée.
Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.