Actualité

Rencontre de Macron et Netanyahu à Paris

Dimanche, c’est un Benjamin Netanyahu conforté par la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël que le président Emmanuel Macron doit recevoir à Paris. Un contexte qui rend d’autant plus indispensable la condamnation par la France des crimes de guerre commis par Israël et le refus de toute coopération militaire et économique qui encouragerait ces crimes.
israel_netanyahoujpg
Crédits : Downing Street / Flickr Creative Commons
Le 09 / 12 / 2017

Est-il nécessaire de le rappeler ? L’hôte reçu dimanche par Emmanuel Macron est un criminel de guerre et le représentant d’un Etat qui bafoue les droits de l’homme et le droit international humanitaire de façon quotidienne, sous de multiples formes.

C’est un Etat qui colonise le territoire palestinien depuis des décennies, un crime de guerre massif timidement réprouvé publiquement par les partenaires diplomatiques d’Israël qui s’emploient dans les faits à en tirer profit en développant des activités commerciales avec lui.

C’est un Etat où, comme l’indique le rapport « Enfances brisées » publié l’an dernier par l’ACAT (conjointement avec la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, l’AFPS, la Ligue des droits de l’homme et le Yes Theater www.acatfrance.fr/public/rapport_enfances_brisees.pdf ), des centaines de mineurs palestiniens sont exposés chaque année aux  mauvais traitements et la torture, aux mains des forces armées et de police israéliennes, en toute impunité. Un Etat qui, depuis 1967, a emprisonné plus de 850 000 Palestiniens, soit 20% de la population totale et 40% de la population masculine. Certains d’entre eux le sont sur le fondement de la détention administrative qui, telle que pratiquée par Israël, est une détention arbitraire. C’est le cas de notre compatriote Salah Hamouri, détenu illégalement sur le territoire israélien. Il est ainsi actuellement victime de crimes de guerre, en tout impunité.

Israël est aussi un Etat qui, faisant fi des principes du droit international humanitaire de distinction, proportionnalité et de précaution, pilonne régulièrement les civils dans la bande de Gaza. Un rappel ? Lancée par Israël en 7 juillet 2014 alors que Benjamin Netanyahu était premier ministre,  l’opération Bordure protectrice avait fait à elle seule en un mois et demi, 2 251 morts palestiniens dont 1 462 civils. Parmi eux, 551 enfants. Des crimes à certains égards facilités par la vente par des fabricants français de composants de missiles retrouvés sur des scènes de crimes de guerre qui ont fait des victimes civiles, surtout des enfants (www.acatfrance.fr/actualite/justice-pour-la-famille-shuheibar). Plus de trois ans après l’opération, l’impunité est totale.

Peu après les bombardements de l’opération « Bordure protectrice », le Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies affirmait que « la justice et la reconnaissance publique des violations que les victimes ont subies sont primordiales pour que les crimes ne soient pas répétés.»

En attendant que la CPI juge ces crimes, il revient à la communauté internationale – et dès ce dimanche, à Emmanuel Macron – de procéder à cette reconnaissance en condamnant fermement les crimes commis.

Cette condamnation est sans doute d’autant plus essentielle que débute d’ici peu l’année 2018 « France-Israël ».

Articles associés

Bonne nouvelle
BN-Zhang-Zhan
Chine

La journaliste Zhang Zhan enfin libérée

Le 22 / 05 / 2024
Nos sources confirment la récente libération de la journaliste citoyenne Zhang Zhan. Sa libération survient après quatre ans de prison pour avoir informé ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. L’ACAT-France dénonce les actes de torture subis par Zhang Zhan et les atteintes à la liberté d’expression et à la liberté de la presse en Chine.
Actualité
HRC_UN7998440_by-Jean-Marc-Ferre
Vietnam

Droits de l'Homme au Viêtnam : bilan aux Nations unies

Le 07 / 05 / 2024
Ce 7 mai 2024, le Viêtnam passe son quatrième Examen périodique universel (EPU), un mécanisme unique des Nations unies qui permet aux États d’évaluer la situation des droits de l’Homme dans un autre pays. Violences policières, torture, peine de mort, liberté de la presse bafouée…Cinq ans après le précédent EPU, retour sur une évolution manquée.
Appel du mois
WEB_HEAD 24.05
Sri Lanka

Je soutiens les familles des personnes portées disparues

Le 22 / 04 / 2024
Le 18 mai 2024 marque le 15e anniversaire de la fin de la guerre civile au Sri Lanka, qui a mené aux disparitions forcées d’environ 60 000 à 100 000 personnes. Une problématique majeure. Pourtant, aucune victime n’a été retrouvée à ce jour