Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Arabie Saoudite
Actualité

Plus de peine de mort requise contre Israa Al-Ghomgham !

Soutenue depuis peu par l’ACAT en raison des menaces qui pesaient sur sa vie, Israa Al-Ghomgham ne risque plus la peine de mort, mais fait toujours face à de nombreuses années de prison.
Israa Al-Ghomgham
Seule photo attestée d’Israa Al-Ghomgham
Le 14 / 02 / 2019

Signe que la mobilisation autour de son cas a payée, les autorités saoudiennes ont annoncé le 31 janvier que le procureur général d’Arabie Saoudite ne requérait plus la peine capitale à l'égar d'Israa Al-Ghomgham. Cependant elle risque toujours de nombreuses années de prison, tandis que quatre coaccusés risquent encore la peine de mort, dont son mari Moussa Al-Hashim.

Cette nouvelle a été annoncée à la chaine américaine CBS par un représentant de l’ambassade saoudienne à Londres. Selon les propos rapportés, le procureur saoudien n’aurait jamais requis la peine de mort envers Israa Al-Ghomgham. Cependant, il est plus probable que la pression et la mobilisation internationales autour de son cas ont été à l’origine de ce communiqué innatendu. Il faut rappeler que le royaume saoudien continue de faire l’objet de critique intense pour l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi ainsi que pour l’enfermement de nombreuses défenseures saoudiennes des droits humains.

Cependant, la situation est loin d’être réglée car même si la peine de mort n’est plus requise, Israa Al-Ghomgham risque toujours de nombreuses années de prison comme son coaccusé Mujtaba al-Muzain, qui risque lui 20 ans de prison. Mais surtout son mari Moussa Al-Hashim et trois autre coaccusés, Ahmed al-Matrood, Ali Ouwaisher et Khalid Al-Ghanim risquent toujours la peine de mort.

La situation reste donc critique pour Israa et ses coaccusés et nécessite la continuité de l’engagement de la communauté internationale afin de pousser les autorités saoudiennes à abandonner toutes les charges pesant contre eux et de les libérer au plus vite.

Rappel du cas

Arrêtés début décembre 2015, Israa Al-Ghomgham et son mari, Moussa al Hashim, sont restés 32 mois en détention provisoire avant que leur procès ne commence le 6 août 2018. Au cours de cette première audience, le ministère public saoudien a demandé leur exécution par décapitation, en plus de celle de trois autres activistes, Ahmed Al-Matrood, Ali Ouwaisher et Khalid Al-Ghanim. Le sixième co-accusé, Mujtaba Al-Muzain, risque 20 ans de prison. Une quatrième audience prévue le 13 janvier 2019, a été reportée sans indication d’une nouvelle date.

Israa Al-Ghomgham et Moussa Al-Hashim ont participé aux manifestations anti-gouvernementales qui se sont déroulées à Al-Qatif, une ville à majorité shiite dans la province Est, durant la période du printemps arabe en 2011. Israa Al-Ghomgham a également publiquement demandé la libération des défenseur·e·s de droits humains emprisonné·e·s en Arabie saoudite et a exprimé pacifiquement ses opinions sur les réseaux sociaux.

Depuis leur arrestation, le couple est détenu dans la prison centrale de Dahaban, gérée par les renseignements intérieurs (mabahith) qui font office de police secrète. Ils sont actuellement jugés devant le Tribunal pénal spécialisé, spécifiquement créé pour les affaires terroristes mais qui est également utilisé pour poursuivre les activistes et défenseur·e·s des droits humains. Lors des deux dernières audiences le 28 octobre et 21 novembre 2018, Israa Al-Ghomgham était absente, laissant craindre une détérioration de son état de santé. 

Contexte

Depuis le meurtre sauvage du journaliste Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul (Turquie) le 2 octobre 2018, l’opinion internationale commence à prendre conscience des nombreuses violations des droits humains en Arabie saoudite. Cependant cette situation n’est pas nouvelle et s’est grandement détériorée avec la montée en puissance du Prince héritier Mohammed Ben Salman au sein du régime saoudien. Derrière une façade de réformiste et de libéral, ce dernier a dirigé une campagne d’arrestation et de mise au silence de toute voix dissidente ou discordante. Depuis mars 2015, il est également à l’initiative de l’intervention militaire au Yémen de l’Arabie saoudite et de ses alliés au sein de la coalition arabe. L’Arabie saoudite se serait rendue coupable de plusieurs crimes de guerre selon des experts mandatés par l’ONU.

2018 a connu par ailleurs une vague de répression sans précédent, avec des arrestations et condamnations de nombreuses défenseures des droits des femmes. Mais cette répression a également visé des défenseur·e·s des droits humains, des activistes, des  journalistes, des universitaires, des intellectuel·le·s et des religieux. Le 12 octobre 2018, les experts des Nations unies ont de nouveau appelé les autorités à libérer tous les défenseur·e·s des droits humains en Arabie saoudite. Ils ont exprimé leurs vives inquiétudes concernant le procès d’Israa Al-Ghomgam, en affirmant que « les mesures servant à combattre le terrorisme ne doivent en aucun cas être utilisées pour empêcher ou entraver les travaux des défenseurs des droits humains ».

Dans une déclaration commune du 26 octobre 2018, réunissant plus de 160 organisations de défense des droits humains, l’ACAT appelait la communauté internationale, en particulier les Nations unies, les institutions multilatérales et régionales ainsi que les gouvernements démocratiques attachés à la liberté d’expression, à demander immédiatement des comptes à l’Arabie saoudite concernant les graves violations des droits humains dont le pays s’est rendu responsable.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Salamn-Al-Awdah_Thumbnail_20220915
Arabie Saoudite

Salman al-Awdah : cinq ans de détention à l’isolement

Le 15 / 09 / 2022
Arrêté le 10 septembre 2017, cela fait cinq ans qu’il est arbitrairement détenu. Depuis septembre 2018, les audiences de son procès ne cessent d’être reportées tandis que le procureur continue de requérir la peine de mort contre al-Awdah.
Appel à mobilisation
Salman_al-Ouda
Arabie Saoudite

Salman al-Awdah : 4 ans de détention à l’isolement

Le 09 / 09 / 2021
Arrêté le 10 septembre 2017, il est détenu à l’isolement depuis lors et a subi de nombreux mauvais traitements qui ont grandement détériorés sa santé. Depuis septembre 2018, les audiences de son procès ne cessent d’être reportées tandis que le procureur continue de requérir la peine de mort contre al-Awdah.
Actualité
AM 2020-10-CARROUSSEL2
Arabie Saoudite

Contre la peine de mort, j'agis pour la libération de Salman ...

Le 24 / 09 / 2020
Avec l’arrivée en 2015 de Salman Al-Saoud et de son fils le Prince héritier Mohammed Ben Salman, à la tête du royaume, le triste record de 184 personnes exécutées a été atteint en 2019. Salman Al-Awdah, un religieux très populaire, est enfermé dans les geôles saoudiennes depuis 3 ans et risque la peine de mort.