France
Actualité

Maintien de l’ordre : réaction de l’ACAT aux annonces du Gouvernement

Le 18 mars, en réaction aux violences intervenues à l’occasion de « l’acte 18 » du mouvement des « gilets jaunes », le Gouvernement a annoncé vouloir mettre en application, dès samedi prochain, une nouvelle stratégie de maintien de l’ordre, axée sur le renforcement de la « fermeté ». Une refonte plus large de cette doctrine a été annoncée à l’été prochain par Laurent Nunez.
Police_LBD
CRÉDITS : DOUBICHLOU14 / FLICKR CREATIVE COMMONS
Le 20 / 03 / 2019

Le Premier ministre, Edouard Philippe a notamment annoncé que les détachements d’action rapide (DAR) seront transformés en « unités anticasseurs » en charge de disperser et d’interpeller.

Si permettre aux forces de l’ordre d’intervenir plus rapidement en cas de violences ou de dégradations est un impératif légitime, l’ACAT s’inquiète de la pérennisation d’un dispositif non spécialisé dans le maintien de l’ordre, le DAR, qui a fait l’objet de vives critiques notamment en raison de son usage massif de lanceurs de balle de défense (LBD).

A ce titre, l’ACAT s’inquiète également de l’absence de déclaration sur les LBD dont l’utilisation a été à l’origine de trop nombreuses blessures et qui ont attiré l’attention de plusieurs instances de défense des droits humains.

Le Premier ministre a également annoncé le recours à des moyens nouveaux par les forces de l’ordre, parmi lesquels des produits marquants codés. Mêlés aux gaz lacrymogènes ou aux liquides des canons à eau, il s’agit d’une substance incolore et inodore mais détectable à l’aide d’une lampe  à ultra-violet sur la peau et les vêtements plusieurs semaines après la pulvérisation.

L’ACAT s’interroge sur les modalités d’utilisation de ce dispositif lors des manifestations et après celles-ci. Il existe en effet un risque manifeste que des personnes extérieures à des violences ou dégradations soient marquées par ces produits si elles se trouvent à proximité des faits et puissent être soupçonnées – à tort – d’avoir commis une infraction. 

Le 7 mars, l’ACAT publiait une première analyse de la gestion des manifestations des « gilets jaunes » depuis le mois de novembre 2018 et invitait les autorités à repenser la mise en œuvre de la doctrine du maintien de l’ordre.

Dans son analyse, l’ACAT met en avant les nombreux dysfonctionnements observés depuis plusieurs années dans la gestion du maintien de l’ordre, lesquels témoignent de la faillite des autorités à garantir pleinement l’intégrité de ses citoyens exerçant leur liberté de manifester et des personnes se trouvant à proximité de ces mobilisations.

Marion Guémas, responsable des sujets police-justice à l’ACAT, souligne que dans le travail de réforme de la doctrine, « Il est important de sortir de cette seule logique de répression. La réflexion qui est engagée doit être plus large et notamment inclure une réflexion sur la formation des policiers et des gendarmes qui interviennent lors de manifestations, sur la place que doivent garder les forces spécialisées ou encore sur comment améliorer la communication entre les parties prenantes ».

Articles associés

Article
EUROPARL-1160x600_by-Ralf-Roletschek
France

élections et droit d'asile : notre tribune pour la Journée m...

Le 20 / 06 / 2024
« Il faut mettre le droit d’asile à l’abri de la fièvre de haine qui se propage comme une trainée de poudre » Dans le cadre de la Journée mondiale des réfugiés jeudi 20 juin et dans le contexte des élections, Yves Rolland, président de l’ACAT-France, alerte, dans une tribune parue dans La Croix, sur la mise en danger du droit d’asile en France et en Europe, portée par une politique déshumanisée qui ne cesse du gagner du terrain.
Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Législatives anticipées : déclaration de l’ACAT-France

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.