France
Actualité

Droit d’asile : vers un recul sans précèdent

90 jours au lieu de 120 pour déposer une demande d’asile. Les voies de recours en cas de rejet passent de 1 mois à 15 jours. La durée maximale de rétention, elle, s’allonge : de 45 jours, on passe à 90. Parce que ce projet de loi risque de priver injustement des milliers de personnes de leur droit à une protection, l’ACAT demande aux sénateurs le rejet de ce texte qui annonce un recul sans précédent du droit d’asile.
exiles_1
Arno Brignon / ACAT
Le 05 / 06 / 2018

Dès le 19 juin prochain, les sénateurs se réuniront pour voter  le projet de loi asile-immigration. Ce texte qui ne propose aucune mesure pour améliorer l’accès à l’asile,  semble surtout être un prétexte pour débouter les demandeurs d’asile plus vite. Davantage de personnes verront leur demande rejetée non pas parce que les autorités auront considérées qu’elles n’ont pas besoin de protection mais parce qu’elles n’auront pas répondu aux demandes administratives à temps.

S’il n’est pas certes pas souhaitable que les procédures soient excessivement longues, les demandeurs ont besoin de temps pour raconter aux autorités françaises les persécutions qu’ils ont subies dans leur pays. Or, si le projet de loi asile-immigration inquiète, c’est  parce que les délais de dépôt  de dossier seront drastiquement raccourcis, que le droit au recours, réduit à 15 jours, devient illusoire, que les recours examinés par la CNDA (Cour Nationale du Droit d’Asile) seront menés de plus en plus souvent par visio-conférence,  en dépit du fait que ce recours représente pour le demandeur d’asile le dernier espoir pour faire valoir ses craintes.  De plus, la convocation et la notification des décisions prises par l’OFPRA  se feraient par SMS ou mail, n’offrant aucune garantie de sa réception par le demandeur d’asile. Autre point inquiétant : l’allongement de la période maximale de rétention à 90 jours, contre 45 précédemment, pour les personnes se trouvant en situation irrégulière, parmi lesquels un certain nombre de déboutés de l’asile.

Au lieu d’un accueil humain et digne qui devrait être proposé aux personnes poussées hors de chez elles par les persécutions et la guerre, la France propose une machine à débouter-expulser. Ces mesures mèneront à bâcler et à rejeter plus de demandes, et donc à expulser plus de personnes. Entre l’enclume des horreurs fuies et le marteau des procédures françaises, le demandeur d'asile n’aura plus la garantie de trouver en France un pays où se mettre dignement à l’abri.

Pourtant  l’article 14 de la déclaration des droits de l’homme stipule que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays » (art.14). Mais faudrait-il encore qu’elle en ait le temps !

Parce que le projet de loi intitulé « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » est davantage un projet pour expulser plus et plus vite, l’ACAT demande aux sénateurs de rejeter ce texte et d’exiger qu’il soit procédé, avant toute nouvelle réforme, à un véritable diagnostic du système d’asile français, incluant une évaluation de la mise en œuvre de la dernière réforme de 2015.


Découvrez la chronique d'un futur débouté de l'asile, Osman, en prise avec les nouvelles mesures proposées par le projet de loi intitulé « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie »


 

Articles associés

Article
EUROPARL-1160x600_by-Ralf-Roletschek
France

élections et droit d'asile : notre tribune pour la Journée m...

Le 20 / 06 / 2024
« Il faut mettre le droit d’asile à l’abri de la fièvre de haine qui se propage comme une trainée de poudre » Dans le cadre de la Journée mondiale des réfugiés jeudi 20 juin et dans le contexte des élections, Yves Rolland, président de l’ACAT-France, alerte, dans une tribune parue dans La Croix, sur la mise en danger du droit d’asile en France et en Europe, portée par une politique déshumanisée qui ne cesse du gagner du terrain.
Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Législatives anticipées : déclaration de l’ACAT-France

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.