Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mauritanie
Action

La France doit aider un militant anti-esclavage détenu

Biram Dah Abeid est président d'une ONG de lutte contre l'esclavage en Mauritanie. En 2013, il a été successivement lauréat du Prix des Nations unies pour la cause des droits de l’homme et du Prix Front Line Defenders pour les défenseurs des droits de l’homme en danger.
2015_05-Biram_Dah_abeid-couv

Le 30 / 04 / 2015

Biram Dah Abeid, homme politique et militant antiesclavagiste de renommée internationale, est en prison à Aleg alors qu’il devrait être en liberté. Le 15 janvier 2015, le tribunal de Rosso l’a condamné à deux ans de prison pour « rassemblement illégal » et « refus de se soumettre aux ordres des autorités administratives ». Il avait été arrêté le 11 novembre 2014 alors qu’il venait de rejoindre, dans les environs de Rosso, ses militants qui menaient une campagne pacifique de sensibilisation au sujet du droit à la terre pour les descendants d’esclaves.

Biram Dah Abeid a été arrêté arbitrairement et condamné injustement pour avoir exercé ses droits de rassemblement pacifique et d’association. Ses avocats ont fait appel.

Depuis 2013, les autorités mauritaniennes malmènent constamment l’IRA et ses membres. Cette association n’est toujours pas reconnue. Ses manifestations publiques sont régulièrement interdites ou réprimées. Ses membres font fréquemment l’objet de violences physiques, d’arrestations et de détentions arbitraires et de sanctions judiciaires iniques. L’IRA et son président charismatique gênent. Les actions de lutte contre l’esclavage qu’ils entreprennent pacifiquement sur le terrain rappellent que l’esclavage est un problème grave non encore résolu en Mauritanie. Les autorités mauritaniennes considèrent a contrario que l’esclavage n’existe quasiment plus dans le pays. Embastiller son président et ses membres, c’est donc s’assurer de l’arrêt des activités de l’IRA et du silence de ces derniers.

Une mobilisation internationale à laquelle la France doit se joindre

Le 10 mars, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies a indiqué qu’il était profondément préoccupé par la sévérité de la peine prononcée contre Biram Dah Abeid et qu’il appelait à sa libération. Trois mois auparavant, le 18 décembre 2014, le Parlement européen avait condamné, dans une résolution, son « arrestation et maintien en détention » et demandé « sa mise en liberté immédiate ». Le 19 décembre 2014, la France indiquait suivre avec attention la situation de Biram Dah Abeid et rappelait succinctement son attachement à la liberté d’expression, d’association et de manifestation pacifique, ainsi qu’au respect des droits de la défense et au droit à un procès équitable. Jusqu’à ce jour, les autorités françaises ne se sont pas encore prononcées publiquement sur la condamnation de Biram Dah Abeid. Elles n’ont pas non plus appelé publiquement à sa libération. L’ACAT s’est rendue en Mauritanie en décembre dernier. Elle a notamment rencontré l’épouse de Biram Dah Abeid pour lui exprimer son soutien.

La condamnation de Biram Dah Abeid à deux ans de prison n’est pas acceptable. Il est impératif que la France fasse entendre sa voix afin de demander la libération de Biram Dah Abeid. Nous devons nous mobiliser en ce sens auprès de François Hollande.

En savoir plus :

Signez la pétition

François Hollande
Président de la république française

Monsieur le président,

Je vous demande d'appeler à la libération immédiate de Biram Dah Abeid.

champ obligatoire
doit être une adresse email valide
champ obligatoire
champ obligatoire
champ obligatoire
Déjà
968
Signatures

TWEETS À DIFFUSER

.@fhollande, la France doit demander la libération d'un militant anti-esclavage mauritanien http://www.acatfrance.fr/action/je-soutiens-biram-dah-abeid pic.twitter.com/chkihePa8L
Pétition Mauritanie : la France doit s'engager pour la libération d'un militant anti-esclavage http://www.acatfrance.fr/action/je-soutiens-biram-dah-abeid pic.twitter.com/chkihePa8L

Articles associés

Actualité
mauritanie_projet_renforcement_2016-2018
Mauritanie

Mauritanie : un cycle de projets se termine pour l’ACAT-France

Le 07 / 01 / 2022
Une dernière mission de terrain de l’ACAT-France a été menée à Nouakchott, capitale de la République islamique de Mauritanie, du 11 au 16 octobre 2021, afin de clôturer le cycle de projets de « renforcement de la société civile dans la prévention de la torture et l’accès à la justice en Mauritanie »
Bonne nouvelle
mauritanie_reconnaissance_ira_2022
Mauritanie

Mauritanie : l'ONG IRA enfin reconnue !

Le 06 / 01 / 2022
Avec l'adoption d'une nouvelle législation relative aux associations, le régime des autorisations des associations mauritaniennes est désormais conforme aux standards internationaux. Conséquence directe : l'ONG Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste, longtemps soutenue par l'ACAT-France, est formellement reconnue.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
DSC_1538
Mauritanie

Mauritanie : Formation sur la méthodologie de visite de lieux...

Le 12 / 12 / 2019
Les 2 et 3 Décembre 2019, l’ACAT-France a apporté son appui à l’association française Planète Réfugiés-Droits de l’Homme (PRDH) qui devait effectuer, sur Nouakchott, une formation spécifique sur la méthodologie de visite de lieux de détention à destination des commissaires de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) de Mauritanie afin de permettre à cette institution et à ses membres de mieux remplir leur mandat sur la question.