Burundi
Bonne nouvelle

Bob Rugurika a été libéré

Bob Rugurika, célèbre journaliste burundais incarcéré le 20 janvier, a été relâché sous caution jeudi 19 février suite à une décision rendue la veille par la cour d'appel de Bujumbura. Merci à tout ceux qui se sont mobilisés en sa faveur !
Bob Rugurika
Le 22 / 02 / 2015

Bob Rugurika est libre. Il a été relâché sous caution jeudi 19 février suite à une décision rendue la veille par la cour d'appel de Bujumbura. Merci à tout ceux qui se sont mobilisés en sa faveur !

Le 4 février 2015, le Tribunal de grande instance de Bujumbura a confirmé le maintien en détention de Bob Rugurika, directeur de la Radio publique africaine (RPA). Ce célèbre journaliste est incarcéré depuis le 20 janvier dernier pour « complicité d’assassinat » de trois religieuses italiennes survenu en septembre 2014. Ses reportages à la radio ont mis en cause de hauts responsables des services secrets dans ces meurtres.

Bob Rugurika est un personnage à « abattre » pour les autorités. La RPA, du fait de sa liberté de parole et de sa grande popularité dans le pays, gêne depuis longtemps les autorités en place qui cherchent à tout prix à se maintenir au pouvoir. Dans ses émissions, cette radio n’hésite pas à critiquer le gouvernement, notamment sur des questions relatives aux droits de l’homme. Depuis le début de l’année 2014, les autorités se sont lancées dans une répression tous azimuts à l’encontre de ses détracteurs (opposants, journalistes, défenseurs des droits de l’homme) avec, pour but, de les faire taire avant la période électorale de mai-juin 2015.

Les autorités burundaises étaient donc attentives à la moindre faille pour faire taire Bob Rugurika. Les investigations de la RPA sur le meurtre, en septembre 2014, des trois religieuses italiennes et ses allégations sur l’implication de hauts responsables des services de renseignement dans cette affaire étaient l’occasion rêvée.

Le 19 janvier, Bob Rugurika reçoit une convocation du parquet lui demandant de fournir des éclaircissements sur ce dossier. Le lendemain, il refuse de révéler au procureur ses sources d’information. Bob Rugurika est alors arrêté et emmené à la prison de Mpimba. Le 22 janvier, il est transféré à la prison de Muramvya. Le 4 février, sa remise en liberté provisoire lui est refusée au motif qu’il risquerait de prendre contact avec des personnes liées à l’affaire de l’assassinat des religieuses.

L’arrestation, la détention et la poursuite en justice de Bob Rugurika sont un nouveau signal lancé par les autorités pour museler les médias et tout détracteur à l’approche des élections de mai-juin 2015.

Contexte

 

Depuis 2013, le gouvernement burundais s’est fortement mobilisé pour que l’opinion publique accepte un troisième mandat de l’actuel président en exercice, Pierre Nkurunziza, alors que, selon ses opposants, la Constitution de 2005 ne le permet pas. Face à une forte mobilisation de l’opposition et de la société civile pour dénoncer une éventuelle participation de Pierre Nkurunziza à l’élection présidentielle de juin 2015, les autorités au pouvoir se sont montrées graduellement plus répressives.

En 2013, le gouvernement burundais a introduit des lois liberticides afin d’empêcher l’opposition et la société civile de s’exprimer librement et pacifiquement. La loi sur la presse de juin 2013 contraint les journalistes à révéler leurs sources si les autorités estiment que ces informations violent la sécurité nationale, l’ordre public ou le secret de la défense. La loi régissant les manifestations sur la voie publique de décembre 2013 limite la durée des manifestations publiques à une journée et rend les organisateurs directement responsables de toute infraction à la loi commise par toute personne présente durant ces rassemblements. Elle autorise également aux représentants des autorités d’annuler ou interrompre toute manifestation ou réunion publique s’ils jugent que ces dernières menacent l’ordre public.

Depuis deux ans, de nombreux opposants ont été arrêtés arbitrairement, inculpés et jugés dans le cadre de procès inéquitables. Plusieurs journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont fait l’objet d’intimidations et de poursuites judiciaires, à l’instar du défenseur Pierre-Claver Mbonimpa, pour lequel l’ACAT est intervenue en 2014.

Le 4 février 2015, 23 ONG burundaises, dont l’ACAT-Burundi, ont lancé une campagne intitulée « Halte au troisième mandat » du président Pierre Nkurunziza.

Une fiche sur la torture au Burundi a été rédigée dans Un Monde tortionnaire. Voir : http://www.unmondetortionnaire.com/Burundi#lire

 

 

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Muhoza-Irangabiye_VIGNETTE
Burundi

Sandra Muhoza et Floriane Irangabiye doivent être libérées !

Le 10 / 07 / 2024
Dans un contexte de rétrécissement de l’espace public au Burundi, les libertés d’expression et de la presse indépendante sont particulièrement ciblées par les autorités au pouvoir. Depuis le 18 avril 2024, la journaliste Sandra Muhoza est emprisonnée pour avoir fait des commentaires dans un groupe de conversations privées. Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
Burundi

Floriane Irangabiye doit être libérée

Le 28 / 02 / 2024
Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye. Une décision injuste car la journaliste burundaise est arbitrairement détenue pour avoir usé de sa liberté d’expression.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Burundi

Il est temps de rétablir dans leurs droits les défenseurs !

Le 26 / 07 / 2023
La condamnation du Burundi par la Cour d’appel de justice de la communauté est africaine (EAC) pour avoir autorisé le troisième mandat de feu Pierre Nkurunziza, aurait dû avoir un effet immédiat sur la condamnation inique des défenseurs des droits humains burundais qui s’étaient mobilisés pacifiquement contre ce troisième mandat : la levée des condamnations. Il n’en est rien jusqu’à ce jour…