Burundi
Bonne nouvelle

Libération de trois défenseurs des droits humains

Aimé Gatore, Emmanuel Nshimirimana et Marius Nizigama, membres de l’organisation locale Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM), ont été libérés le 21 mars 2019.
Le 21 / 03 / 2019

Aimé Gatore, Emmanuel Nshimirimana et Marius Nizigama, membres de l’organisation locale Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM), ont été libérés le 21 mars 2019.

Ils avaient été acquittés trois mois plus tôt, fin décembre 2018, en appel.

Ils avaient été condamnés abusivement, en première instance, à 10 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l’État" en mars 2018 pour avoir voulu organiser un atelier national sur les violations des droits de l'homme commises au Burundi.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Muhoza-Irangabiye_VIGNETTE
Burundi

Sandra Muhoza et Floriane Irangabiye doivent être libérées !

Le 10 / 07 / 2024
Dans un contexte de rétrécissement de l’espace public au Burundi, les libertés d’expression et de la presse indépendante sont particulièrement ciblées par les autorités au pouvoir. Depuis le 18 avril 2024, la journaliste Sandra Muhoza est emprisonnée pour avoir fait des commentaires dans un groupe de conversations privées. Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
Burundi

Floriane Irangabiye doit être libérée

Le 28 / 02 / 2024
Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye. Une décision injuste car la journaliste burundaise est arbitrairement détenue pour avoir usé de sa liberté d’expression.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Burundi

Il est temps de rétablir dans leurs droits les défenseurs !

Le 26 / 07 / 2023
La condamnation du Burundi par la Cour d’appel de justice de la communauté est africaine (EAC) pour avoir autorisé le troisième mandat de feu Pierre Nkurunziza, aurait dû avoir un effet immédiat sur la condamnation inique des défenseurs des droits humains burundais qui s’étaient mobilisés pacifiquement contre ce troisième mandat : la levée des condamnations. Il n’en est rien jusqu’à ce jour…