Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Quel monde en 2015 ?

Quelles sont les perspectives et points d'alertes dans notre lutte quotidienne pour les droits de l'homme, contre la torture et la peine de mort ? Parallèlement, quelles raisons d'être optimistes ? Un point d'étape essentiel en ce début d'année.
2015
Le 28 / 01 / 2015

Le monde en chiffres :

  • En 2014, plus d’un pays sur deux pratiquait encore la torture
  • En 2013, plus de 3000 exécutions ont eu lieu en Chine, 624 en Iran, 39 aux Etats-Unis
  • La traite d’êtres humains est le 3ème trafic le plus important au monde, après les armes et la drogue.

Des points d'alerte :

  • Un mouvement contradictoire : Alors qu’en décembre, un vote record de 117 États à l'Assemblée générale de l'ONU s'est prononcé en faveur d'un moratoire international sur la peine de mort, plusieurs pays font le chemin inverse : le Pakistan et la Jordanie ont repris les executions. Aux Maldives, la peine capitale a été rétablie pour les enfants… L’enfer au paradis…
  • La lutte contre le terrorisme… à quel prix ? La lutte contre le terrorisme est prétexte à une multiplication des actes de torture et de condamnations à mort. Sous couvert de sécurité nationale, les droits de l’homme et l’humanité sont bafoués. Dans de nombreux cas, la lutte anti-terroriste sert d’excuse pour museler l'opposition politique.
  • Réforme de l’asile : une accélération aveugle. La réforme  en cours en France prétend simplifier les procédures. Certes, elle raccourcira l’attente des demandeurs d’asile… mais au risque d’un traitement expéditif mettant en danger de nombreux requérants réellement menacés dans leur pays.

Des raisons d'être optimiste

  • Contre les disparitions forcées : en 2014  plusieurs pays ont ratifié la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées : Angola, Slovaquie,Togo
  • Une Afrique qui dit non aux présidents élus à vie : en 2014, une partie de l'Afrique s'est soulevée contre les présidents "à vie" : au Burkina-Faso ou au Congo-Brazzaville contre le relèvement du nombre de mandats présidentiels ; au Gabon ou au Togo, contre leur limitation.
  • Sur le continent américain : au Mexique, les atteintes aux droits de l'homme commises par les forces armées contre des civils seront désormais confiées aux tribunaux civils et la justice prend des mesures pour combattre la torture ; en Colombie, la poursuite du processus de paix gouvernement/FARC est un premier pas vers un Etat de droit et la lutte contre les violations des droits de l'homme massives ; aux Etats-Unis, le Sénat a rendu public un rapport sur les tortures perpétrées par la CIA après le 11 septembre 2001.

Articles associés

Actualité
Photo_Actualité 20ème Congrès PCC-redim
Chine

20ème congrès du Parti communiste chinois, dix ans de règne...

Le 12 / 10 / 2022
Le 16 octobre aura lieu le 20ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), dont l’objectif est de désigner les dirigeants de la Chine pour cinq ans. Sauf évènement inattendu, Xi Jinping devrait être reconduit à son poste de secrétaire général du Parti pour un troisième mandat, après déjà presque dix ans de présidence. L'occasion de revenir sur son bilan en matière de droits humains, entre des arrestations arbitraires de la société civile et des crimes contre l’humanité commis envers les Ouïghours.
Actualité
image pdm coal - site

30 ans de correspondances pour dire non à la peine de mort

Le 10 / 10 / 2022
À l'occasion de la 20e journée mondiale contre la peine de mort consacrée à la torture, l'ACAT-France qui a mis en place une action de correspondance avec les condamnés à mort aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, a interrogé Paa Kofi, chargé de mobilisation et responsable de l'animation du programme. Il nous explique en quoi le lien tissé entre les correspondants et les détenus est essentiel.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.