Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Algérie
Actualité

Agissons pour Medjdoub Chani, torturé et détenu en Algérie

Torture, détention arbitraire, procès inéquitable… Pendant 7 ans, Medjdoub Chani a affronté les geôles algériennes et les méandres d’une justice corrompue. Ses plaintes ont finalement été entendues par le Comité des droits de l’homme des Nations Unies : en mai 2016, celui-ci a demandé à l’Algérie de lui rendre justice. Les regards sont désormais tournés vers les autorités algériennes.
Am juillet
Le 23 / 06 / 2016

Disparition d’un homme d’affaire dans les geôles algériennes

Le 17 septembre 2009, Medjdoub Chani, homme d’affaire algéro-luxembourgeois, est enlevé par des agents en civil à son arrivée à Alger. Il est immédiatement emprisonné dans un centre secret du Département du renseignement et de la sûreté (DRS). Pendant 20 jours, il y est interrogé jour et nuit, privé de nourriture et de sommeil, victime de tortures physiques et psychologiques… Jusqu’à ce qu’il signe des aveux dans lesquels il s’accuse de corruption dans le cadre d’une affaire de travaux publics. Alors que son épouse et son fils, résidents au Luxembourg, essayent en vain de le retrouver, il est amené le 6 octobre 2009 à minuit devant le juge d’instruction et immédiatement transféré en détention préventive dans l’attente de son procès.

La lutte pour la justice : une route semée d’embûches

Devant une telle parodie de justice, Medjdoub dépose une plainte pour torture auprès de la justice algérienne. Celle-ci est classée en novembre 2011, sans enquête. Medjdoub ne renonce pas : en octobre 2012, c’est à la justice du Luxembourg qu’il s’adresse en tant que ressortissant national… Mais faute de collaboration de la part de l’Algérie, l’enquête piétine. Lorsque son procès s’ouvre en Algérie, les irrégularités se succèdent. Les allégations de torture sont rejetées, et Medjdoub est condamné, le 7 mai 2015, à 10 ans de prison sur la base des aveux arrachés lors de sa détention. Il est par ailleurs condamné à 12 ans de prison dans une autre affaire, dérivée de la première, à la faveur d’un acharnement judiciaire.

Un premier pas vers le respect des droits ?

La dernière chance de Medjdoub réside alors dans la saisine du Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Victoire : en mai 2016, celui-ci a estimé que Medjdoub avait été victime de torture et de détention arbitraire, et a condamné l’Algérie à lui accorder réparation et à conduire une enquête sur les faits. Cette décision est une véritable source d’espoir, qui s’inscrit dans un contexte de réformes pour une meilleure protection des droits fondamentaux en Algérie. La constitution a été amendée en mars 2016 pour inclure notamment l’interdiction des arrestations arbitraires, ainsi que la prohibition des traitements cruels, inhumains et dégradants. La réaction des autorités à la décision du Comité permettra de déterminer s’il s’agit de réformes de façade, ou d’une volonté réelle d’en finir avec la torture.

Lettre d'intervention à télécharger

Articles associés

Communiqué
Not-A-Crime-Algérie_Main
Algérie

#PasUnCrime. Une campagne digitale pour les libertés en Algérie

Le 19 / 05 / 2022
Après la fin des manifestations du « Hirak » en Algérie, de nombreuses personnes ont été poursuivies sur la base d'accusation de terrorisme. Une réponse fallacieuse des autorités à ce soulèvement pro-démocratie afin de réprimer la liberté d'expression.
Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.
Communiqué
Manifestation à Alger devant la Grande Poste en avril 2019
Algérie

Avec le peuple algérien pour la démocratie et la liberté

Le 20 / 01 / 2020
Le peuple algérien se révolte. Pacifiquement, et depuis le 22 février 2019, il réclame jour après jour le passage à un ordre démocratique, la garantie de tous les droits humains, la liberté d’expression, l’égalité et la fin de la corruption.