Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Actualité

Gaza : la famille al-Louh

« Je veux dormir dans ma chambre cette nuit » insiste Mohammed face à sa mère qui le supplie de dormir dans le couloir comme chaque nuit depuis le début de l’offensive israélienne. Le lendemain, à l’aube du 20 août 2014, Mohammed est fauché dans son lit par une bombe qui tue aussi deux de ses frères.
Famille al-Louh
Rafat, Nabila, Maysara et Farah al-Louh © Anne Paq / Activestills.org
Le 09 / 02 / 2017

« Je veux dormir dans ma chambre cette nuit » insiste Mohammed face à sa mère qui le supplie de dormir dans le couloir comme chaque nuit depuis le début de l’offensive israélienne. Le lendemain, à l’aube du 20 août 2014, Mohammed est fauché dans son lit par une bombe qui tue aussi deux de ses frères Ahmed (21 ans) et Rafat (31), l’épouse enceinte de Rafat, Nabila (29), leurs trois enfants Mustafa (9), Maysara (8) et Farah (6) et la cousine de Mohammed, Iman (19).

Cela fait plus de 40 jours que l’armée israélienne bombarde la bande de Gaza, n’épargnant aucune parcelle de ce territoire exsangue. La famille al-Louh est restée dans sa maison de Deir al-Balah, n’ayant pas d’endroit plus sûr où s’abriter des bombardements. Rafat, Nabila et leurs trois enfants habitent juste à côté de la maison familiale où résident les parents et les frères et soeur de Rafat.

Ce matin du 20 août, les deux maisonnées s’éveillent avec l’appel à la prière. Rafat et son frère Ahmed, resté dormir chez lui la veille, se préparent à aller vendre des pastèques. Dans la maison d’à côté, leurs parents sont levés mais leurs frères et sœurs dorment encore. Wafaa et Mo’men dorment dans le couloir pour se protéger des attaques. Mohammed dort dans sa chambre pour profiter du lit qu’il vient de s’acheter avec l’argent récolté en vendant des pastèques avec ses frères. Leur cousine Iman, une brillante étudiante qui s’apprête à intégrer l’université, commence sa prière.

Un pilote israélien lâche une bombe d’une demi-tonne. 8 morts, 12 blessés. La famille al-Louh plonge brutalement dans la désolation.

L’association palestinienne al-Mezan a porté plainte en Israël, en vain. A ce jour, les survivants n’ont obtenu ni justice, ni réparation.

La communauté internationale doit agir pour que justice soit rendue aux victimes des crimes de guerre commis par l’armée israélienne.

Retrouvez l’histoire de la famille al-Louh dans le Webdocumentaire Obliterated Families

Contexte

L’attaque contre la famille al-Louh a eu lieu au cours de l’opération Bordure protectrice menée par l’armée israélienne contre la bande de Gaza entre le 7 juillet et le 26 août 2014.

Le bilan humain et matériel est très lourd. Selon la commission d’enquête des Nations unies, 2251 Palestiniens ont été tués parmi lesquels 1462 civils dont 551 enfants et 299 femmes. Les attaques ont aussi blessé 11 231 Palestiniens dont 3540 femmes et 3436 enfants. Quelque 18 000 logements ont été détruits ou rendus inhabitables dans la bande de Gaza, laissant environ 108 000 personnes sans abri.

Les tirs des combattants palestiniens ont causé la mort de six civils et 67 soldats israéliens et ont fait 1600 blessés.

L’armée israélienne a créé un organe d’établissement des faits (the Fact-Finding Assessment Mechanism - FFAM)chargé de collecter des informations sur des « incidents exceptionnels » survenus pendant l’offensive de 2014 et de les transmettre au procureur militaire (Military Advocate General - MAG)pour que ce dernier décide ou non d’ouvrir une enquête criminelle. L’absence d’indépendance du MAG et du FFAM, à la fois juges et parties, est régulièrement dénoncée par les ONG locales et internationales. Dernière preuve en date, le fait que sur 220 incidents transmis au FFAM, une enquête criminelle n’a été ouverte que dans 24 cas. La plupart ont été closes et des poursuites n’ont été engagées à l’encontre de soldats israéliens que dans un cas de pillage.

Source : Al-Mezan, Obliterated Families

Télécharger la lettre

Articles associés

Communiqué
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

La France doit dénoncer l’expulsion de Salah Hamouri

Le 02 / 12 / 2022
Plusieurs ONG appellent Emmanuel Macron à agir immédiatement contre l’expulsion de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Les autorités israéliennes ont décidé d’expulser M. Hamouri de sa ville natale, Jérusalem, en violation du droit international. Salah Hamouri vit dans Jérusalem Est occupée et a donc droit aux protections du droit international humanitaire, y compris l'interdiction fondamentale d'expulsion du territoire occupé.
Communiqué
Prix2022_Main
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, Prix des droits humains Engel-du Tertre 2022

Le 28 / 11 / 2022
L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri reçoit, ce 1er décembre 2022, le Prix Engel-du Tertre des droits humains, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine. Placé en détention administrative par les autorités israéliennes depuis le 10 mars, notre compatriote paye le prix fort pour son activité de défenseur des droits humains. Un tribut auquel Israël le contraint en violation de sa liberté, de son droit à vivre sur sa terre natale, de sa dignité et celle de sa famille.
Appel à mobilisation
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

Salah Hamouri sous la menace d’un nouveau maintien en déten...

Le 23 / 11 / 2022
Le 4 décembre prochain, une nouvelle audience aura lieu sur son maintien ou non en détention administrative. Quelques jours avant cette date, il recevra le 1er décembre 2022 le Prix Engel-du Tertre pour les droits humains 2022, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine.