Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Prévention de la torture : l'ACAT à l'OSCE

L’ACAT a participé à la session sur les droits de l’homme de l’OSCE qui se tenait à Varsovie du 22 septembre au 3 octobre 2014. Christine Laroque, responsable des programmes Russie et Asie, est intervenue pour rappeler la nécessité dela lutte contre l’impunité, notamment par le biais de la compétence universelle.
11226
Le 01 / 10 / 2014

L’ACAT a participé à la session annuelle sur les droits de l’homme de l’OSCE (Human Dimension Implementation Meeting) qui se tenait à Varsovie (Pologne) du 22 septembre au 3 octobre 2014. Celle-ci rassemble chaque année les délégations des 57 États membres de l’OSCE, des centaines d’ONG et experts internationaux.

Torture: La nécessité d'une compétence universelle dans les pays de l'OSCE

Christine Laroque, responsable des programmes Russie, Asie centrale & Asie à l’ACAT, est intervenue en session plénière pour rappeler la nécessité de justice pour les victimes de torture et la lutte contre l’impunité, notamment par le biais de la compétence universelle.

« La répression de la torture peut être un fort moyen de dissuasion et donc de prévention de telles pratiques odieuses. Bien qu’il soit préférable de poursuivre ceux qui ont commis ces crimes sur le territoire où ils se sont produits, la justice n’y est pas toujours possible. […] Les États peuvent ne pas avoir la volonté de poursuivre les tortionnaires voire les protéger délibérément de la justice. Dans ce cas, la compétence universelle peut être un outil fondamental pour lutter contre l’impunité ». L’ACAT a appelé les États à mettre en œuvre ce principe et les outils adéquats et l’OSCE à se saisir de cette question dans son travail.

Lire l'ensemble de la déclaration de l’ACAT prononcée à Varsovie le 24 septembre 2014 (en anglais). 

Rencontre avec la fille d'un prisonnier ouzbek

En marge de ce forum diplomatique international, la représentante de l'ACAT a pu s’entretenir avec différents membres d’ONG, de l’OSCE, de hauts représentants diplomatiques. Elle a notamment rencontré Aygul Begjanova, une femme très forte et touchante qui se bat pour faire libérer son père, Mukhammed Begjanov, un journaliste et opposant ouzbek emprisonné depuis 15 ans dans des conditions terribles. Victime de torture, il est soutenu par l’ACAT depuis de longues années. Sa famille, réfugiée aux États-Unis, est en contact étroit avec l’ACAT par email, mais c’était la première fois qu’une rencontre avait lieu. L’ACAT a organisé la venue d’Aygul à Varsovie. Christine Laroque lui a organisé différentes rencontres afin de plaider la cause de son père et exiger sa libération.

Manifestation silencieuse en faveur des prisonniers politiques en Ouzbékistan

Elle a également pris part à une manifestation silencieuse pour demander la libération de prisonniers politiques ouzbeks. Initiée par Mutabar Tadjibaeva, une éminente militante ouzbèke, une dizaine de défenseurs des droits de l'homme ouzbeks se sont levés en silence pendant la prise de parole de la délégation ouzbèke, tenant les portraits de nombreux prisonniers politiques toujours incarcérés en prison en demandant "qui sera le prochain?". Un acte impossible en Ouzbékistan où toute manifestation de ce type est interdite et envoie directement ses participants à une longue peine de prison.

Articles associés

Communiqué
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

La France doit dénoncer l’expulsion de Salah Hamouri

Le 02 / 12 / 2022
Plusieurs ONG appellent Emmanuel Macron à agir immédiatement contre l’expulsion de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Les autorités israéliennes ont décidé d’expulser M. Hamouri de sa ville natale, Jérusalem, en violation du droit international. Salah Hamouri vit dans Jérusalem Est occupée et a donc droit aux protections du droit international humanitaire, y compris l'interdiction fondamentale d'expulsion du territoire occupé.
Communiqué
Gdeim-Izik_Thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc

Le 08 / 11 / 2022
En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Communiqué
Samuel-Wazizi_Thumbnail
Cameroun

De quoi est mort le journaliste Samuel Wazizi ?

Le 02 / 11 / 2022
Disparu le 7 août 2019, après avoir été transféré d’une installation militaire de Buea vers Yaoundé, le journaliste Samuel Wazizi meurt, semble-t-il, le 17 août à l’hôpital dans des circonstances encore non élucidées. Samuel Wazizi avait dit craindre des représailles du fait des critiques publiques envers les autorités à propos de leur gestion de la crise anglophone.